Les anges de Mons: légende ou vérité historique?

Mons, le 23 août 1914. La situation est grave. Les Allemands ont débordé la ville par l'est. Ils menacent les arrières et la ligne de retraite britannique.
Les Anglais, en infériorité numérique, sont encerclés de toutes parts. La défaite et le massacre semblent inévitables. C'est à ce moment, vers minuit, qu'une force surnaturelle venue du ciel paralyse l'armée allemande et permet au corps expéditionnaire britannique de se replier et de sauver ainsi des centaines de vie. La légende des anges de Mons était née. Le mois suivant, la presse britannique s'empare de cette histoire. Avec le retour au pays des soldats blessés, les récits affluent.  Affiches, lithographies, la censure militaire pourtant très prudente, encourage. Ces témoignages sont bons pour le moral des troupes, surtout quand la propagande tombe du ciel.

Pour les septiques, cette histoire n'est le fruit que d'une combinaison de rumeurs et d'hallucinations de soldats stressés qui n'avaient pas dormi depuis plusieurs jours. Mais étrangement du côté allemand, il y a aussi des traces d'un phénomène inexpliqué le soir du 23 août 1914. Anges ou pas, quoi qu'il en soit, ce jour là, 300 soldats encerclés et voués à une mort certaine s'en sont sortis indemnes.

Presque 100 ans plus tard, ce qui reste de ces évènements, c'est une peinture de 1934, où l'on voit les soldats britanniques protégés par une armée d'archers célestes. Un tableau, et une légende peu connue des Montois. Evoquée pourtant par Winston Churchill dans son autobiographie et enseignée dans tous les cours d'histoire d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK