Les ados britanniques ne sont pas plus heureux lorsque leurs parents sont riches

Ce sont les choses simples de la vie qui rendent les adolescents heureux, d'après l'étude. Un mode de vie sain, un sentiment d'appartenance et un bon comportement de leurs camarades de classe durant les cours, tels sont les aspects qui contribuent également au bonheur des plus jeunes.

Ceux qui ont la possibilité d'inviter des amis à la maison tous les 15 jours ou d'aller une fois par mois à la piscine semblent aussi plus heureux. Le chercheur Gundi Knies, de l'Université d'Essex, n'a pas trouvé de différence entre les enfants dont les parents ont de bas revenus et ceux issus des classes supérieures. La richesse des parents joue toutefois un rôle, notamment pour pouvoir disposer de sa propre chambre à coucher, posséder un vélo ou tout autre matériel de détente.

Fruits, légumes et médias sociaux sans excès

Les enfants qui mangent moins de cinq portions de fruits et légumes par jour, ou qui vont plus souvent au fastfood, semblent moins heureux. L'abus de médias sociaux leur procure également moins de joie, car cela les empêche de participer à d'autres activités.

Les filles âgées de 10 à 12 ans formeraient le groupe le plus heureux, tandis que celles âgées de 12 à 15 ans seraient moins joyeuses. Cette constatation n'a pu être effectuée à une échelle comparable chez les garçons.

Le lien entre la propriété et le bien-être n'est donc pas observé chez les enfants. "La plus grande différence chez les enfants, c'est qu'ils ne gagnent pas d'argent et que leurs parents ne leur disent pas non plus ce qu'ils gagnent."

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK