Les 16 degrés attendus ce mardi sont-ils exceptionnels?

Ce mardi après-midi, le mercure remonte. Des maxima de 12 à 16 degrés sont attendus localement. Si un tel redoux était inespéré, faut-il considérer ces températures comme particulièrement exceptionnelles ? "Pas forcément", répond Fabian Debal, météorologue à l’Institut Royal Météorologique (IRM).

Avec 14 degrés attendus ce mardi, nous serons 8 degrés au-dessus des normales de saison. Une situation "remarquable", mais pas extraordinaire, explique Fabian Debal.

Concrètement, trois phénomènes expliquent ce retour de températures plus douces.

Anticyclone, air chaud, ensoleillement

Premièrement, nous subissons l’influence de deux phénomènes météorologiques qui n’ont pas lieu chez nous. D’une part, un anticyclone centré sur le sud-est de l’Europe, et d’autre part, la présence d’un axe dépressionnaire qui s’étend des îles britanniques à la péninsule ibérique. Ces deux phénomènes vont contribuer à la mise en place d’un courant d’air chaud en provenance de l’ouest de la Méditerranée, qui remontera jusqu’à nos régions.

À cela s’ajoute un vent modéré, avec un brassage d’air assez important. En déplaçant vers le nord, le courant d’air chaud devrait naturellement se refroidir progressivement, en partant de la base. Mais avec le vent, l’air chaud situé dans des zones plus élevées est continuellement ramené à plus basse altitude. Avec pour conséquence, un refroidissement beaucoup plus lent de l’air.

Enfin, Fabian Debal souligne aussi l’ensoleillement dont nous bénéficierons ce mardi. Les rayons du soleil parviendront à percer la fine couche de nuages élevés, ce qui n’était plus le cas depuis plusieurs jours.

Si de telles températures sont remarquables, il ne s’agit pas pour autant d’un record. Ce dernier remonte au 17 décembre 2015 et était de 16 degrés enregistrés à Bruxelles. 

Archives : Journal télévisé du 27/02/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK