Leaving Neverland: des fans créent une page Facebook pour défendre Michael Jackson

Leaving Neverland: "Tout est fait pour soutenir une thèse"
Leaving Neverland: "Tout est fait pour soutenir une thèse" - © LOIC VENANCE - AFP

La diffusion de «Leaving Neverland» a déclenché un véritable tollé mondial. Le film donne la parole à deux hommes qui disent avoir été abusés par Michael Jackson pendant leur enfance : Wade Robson et James Safechuck. Des témoignages accablants qui ont terni l’image du King de la Pop, jusqu’à pousser certaines radios à retirer ses chansons de leurs antennes.

Toutefois, certains fans ont décidé de répondre aux allégations du film à l’encontre de la star, ils créent la page Facebook MJFactuel, dédiée au fact-checking. Interview de Christophe, un Bruxellois derrière la page.

Qui est derrière MJFactual?

«Nous sommes des membres de 8 fan-clubs belgo-francophones de Michael Jackson. Il y a des chefs d’entreprise, quelques pros de l’info… Quand il fallait réagir à M6 qui voulait publier le film, au lieu de tous écrire une lettre différente, nous nous sommes constitués en un seul collectif pour écrire une lettre commune. Nous sommes une quinzaine à être actifs sur les deux pages, MJFactuel en français et MJFactual en anglais».

Tout est fait pour soutenir une thèse

Dans quel but avez-vous lancé la page?

«Il y avait énormément d’informations erronées sur un sujet très sérieux. La plupart des infos qui circulaient étaient des reprises de croyance ou des déclarations chocs qui n’étaient pas vérifiées, énormément de fakenews. Nous ne voulons pas à tout prix innocenter Michael Jackson, s’il est coupable, nous le condamnerions autant que tout le monde. Nous sommes des fans mais on ne dort pas avec un gant à paillettes ! La démarche, ce n’est pas d’être l’avocat de MJ, c’est d’apporter un éclairage factuel».

«Dans "Leaving Neverland" rien n’a été vérifié par Dan Reed, le producteur et réalisateur. Si c’était un vrai documentaire sur sa vie, son œuvre, son procès… Pas de soucis. Mais ici, on voit bien que tout est fait pour soutenir une thèse. Aucun élément à la décharge de Michael n’est présenté ce qui déséquilibre fortement le film. Dan Reed c’est un cinéaste. Il sait utiliser la musique, l’image pour prouver son point de vue, il montre des pièces sombres… Ce n’est pas un reportage ou un documentaire, c’est un film avec tous les codes du cinéma».

Les accusations de Robson et Safechuck sont pourtant accablantes?

«On a deux témoignages accablants certes, mais est-ce que ça a plus de crédibilité qu’un procès de 2005 de 5 mois où il a été acquitté ? Qu’une longue enquête du FBI et de la police qui a duré plusieurs années qui l’acquitte aussi ? Nous avons une large documentation de la justice et d’enquêteurs disponibles publiquement, mise à mal par 2 accusations».

Quel rôle ont joué les médias d’informations?

«On a laissé la parole libre à certaines personnes sans vérifier leurs antécédents. Récemment, certains médias, dont la RTBF, ont donné la parole à la femme de ménage de Michael Jackson, Adrian McManus. Elle aussi dit avoir vu des comportements répréhensibles de la star mais pourtant aucun média n’a précisé des éléments d’antécédents de la femme : elle a été licenciée en 1994, elle était accusée de vol, d’extorsion et a perdu 2 procès. Ce sont des informations primordiales pour mettre les accusations en contexte.»

La VRT a décidé de diffuser le film sur sa chaîne Canvas, c’était une mauvaise idée selon vous?

«C’est une honte qu’une chaîne de télévision publique ne fasse pas son travail. Certaines informations sont factuellement incorrectes. Attention, nous ne disons pas que la VRT n’aurait pas dû diffuser le film parce que son contenu est douteux, toutefois, le traitement de l’information ne correspond pas au standard de journalisme d’un média de service public.

La VRT s’est défendue en disant que des membres du média flamand ont vu le documentaire et ont tous été impressionnés, il fallait donc laisser le public se faire son propre avis. A mon avis, c’est stupide. D’accord, on publie le documentaire mais pourquoi pas proposer un débat après ? On peut et on doit laisser la parole aux accusateurs mais il faut vérifier après et donner un point de vue plus objectif. Je comprendrais que RTL fasse ça mais la VRT ? J’espère que nos actions feront bouger certaines choses au niveau mondial. On va se rendre compte qu’on a traité l’info n’importe comment.»

Qu’est-ce que vous avez prévu dans le futur?

«Pour l’instant, nous continuons nos actions. Nous lançons une page en espagnol en plus de celle en français et celle en anglais parce qu’on reçoit des traductions de fans. Nous faisons ce travail pendant notre temps libre, ce n’est pas une entreprise. Le but n’est pas de sauver l’image de Michael Jackson a tout prix, nous ne sommes pas des vengeurs masqués. Nous donnons des infos factuelles et c’est tout. Quand il y aura un traitement de l’information correct et équilibré, on arrêtera.»

Dans une interview exclusive, accordée la semaine dernière à la RTBF, le neveu de Michael Jackson, rejetait les accusations d'abus sexuels visant son oncle 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK