Leasing pour particuliers : "Une formule souvent plus coûteuse que l'achat d'une voiture"

Salon de l’Auto oblige, des campagnes publicitaires vantent en ce moment les avantages du « private lease », le leasing pour particuliers. Autrefois réservée aux entreprises ou aux indépendants, la location longue durée d’une voiture est accessible à tous depuis 2015.

Je ne dois plus me soucier de rien, sauf de mettre le carburant

Linda Roelens vient d’opter pour cette formule. Cette pensionnée a surtout été séduite par le confort, la facilité qu’offre le leasing. « C’est la société qui prend les rendez-vous pour les entretiens, pour les réparations. L’assurance, je ne dois pas m’en occuper, ni la taxe de circulation annuelle. Tout est compris dans le contrat. Je ne dois plus me soucier de rien, sauf de mettre le carburant et de ne pas faire d’infractions. »

Linda a signé un contrat de 4 ans, comprenant des mensualités de 277 euros et un plafond de 15.000 km par an. Au terme du leasing, Linda aura donc déboursé, hors frais supplémentaires éventuels, 13.296 euros pour une voiture qu’elle aurait achetée neuve à 12.600 euros TVAC. Une voiture qui, en outre, ne lui appartiendra jamais et qu’elle ne pourra donc pas revendre sur le marché de l’occasion.

Dans la majorité des cas, le leasing reste une formule plus coûteuse que l’achat

« Dans l’immense majorité des cas, le leasing pour particuliers reste une formule plus coûteuse que l’achat, même à crédit puisque les taux sont relativement bas pour le moment », affirme Danielle Bovy, juriste chez Test-Achats, l’association de défense des consommateurs qui avait réalisé une étude comparative en 2017.

>> À lire aussi : En trois ans en moyenne, une voiture neuve perd un tiers de sa valeur

Pour vous y retrouver, voici un résumé des avantages et des inconvénients du leasing pour particuliers.

Les avantages

1. La tranquillité : c’est le gros avantage de la formule. Tout est compris dans le loyer mensuel que vous payez : l’utilisation du véhicule, les entretiens, les réparations, les pneus, la taxe de circulation et les assurances. La société de leasing s’occupe de tout. Ne restent à votre charge que le carburant et les éventuelles contraventions.

2. L’assurance pour les jeunes conducteurs : comme les jeunes sont considérés comme des conducteurs à risque, les compagnies d’assurances ont tendance à leur réclamer des tarifs très élevés. Opter pour une location peut donc s’avérer avantageux, même si certaines sociétés de leasing tiennent compte de l’âge du conducteur pour fixer le montant du contrat.

3. Le coût de la formule « préconfigurée » : certaines sociétés de leasing achètent une série de voitures identiques à prix cassés. Cela leur permet de proposer des formules à des prix réellement avantageux, mais le client n’a pas le choix du modèle, ni des options. Si vous voulez choisir votre modèle et vos options, le montant de la location va très vite gonfler.

Les inconvénients

1. Le kilométrage plafonné : lorsque vous souscrivez à un contrat de leasing, vous devez opter pour un plafond annuel de kilomètres. Au-delà de 15.000 à 20.000 kilomètres par an, la formule devient assez chère. Par ailleurs, si vous dépassez le plafond fixé, les kilomètres supplémentaires vous sont facturés, parfois à des prix exorbitants.

2. Les mauvaises surprises : lorsque vous rendez la voiture au terme de votre contrat, elle doit être dans un état impeccable car la société de leasing va chercher à la revendre au meilleur prix. Par conséquent, de petits dégâts (griffes, coups…) peuvent vous être facturés à des prix très élevés. Autre inconvénient : les contraventions. Non seulement, les amendes (pour excès de vitesse ou défaut de stationnement, par exemple) vous sont dues, mais vous devrez également payer des frais à la société de leasing pour le traitement et l’envoi de cette contravention jusque dans votre boîte aux lettres.

3. L’absence d’enquête de solvabilité : comme vous ne devenez jamais propriétaire de la voiture, la formule de leasing n’est pas soumise aux mêmes règles légales qu’un crédit à la consommation. La société n’est, par exemple, pas tenue de vérifier que le client n’est pas surendetté.

Bien lire le contrat avant de signer

Avant de signer un contrat de leasing, Danielle Bovy, de Test-Achats, vous conseille de bien vous se renseigner sur les conditions.

« J’ai une assurance, mais quelle assurance ? Une omnium ? Une assistance ? Pour le prix qu’on me propose, combien de kilomètres puis-je rouler ? Quels sont les services associés ? En cas d’accident, à combien se monte la franchise que je dois payer ? »

Sachez aussi qu’interrompre le contrat avant la fin entraînera des indemnités qui équivalent généralement à plusieurs mois de loyer.

>> À lire aussi : Salon de l’auto : les avantages et les inconvénients de rouler avec une voiture électrique

12.000 contrats en 2018

La formule de leasing aux particuliers a été lancée en 2015. Quatre ans plus tard, le succès reste mitigé : 12.000 contrats en 2018, selon les chiffres de Renta, la Fédération Belge des Loueurs de Véhicules, contre 10.000 en 2017. Cela représente moins de 3% des 430.000 véhicules de leasing qui circulent sur nos routes, la très grande majorité (plus de 97%) étant des voitures de société. À titre de comparaison, les Pays-Bas comptent plus de 100.000 voitures en leasing privé.

Comment expliquer cette différence d’engouement ? « Le Belge reste très attaché à la propriété, estime Frank Van Gool, directeur général de Renta, il veut une voiture à lui. Par ailleurs, il y a pas mal de voitures de société en Belgique. Donc, pas mal de gens ont déjà une voiture par l’intermédiaire de leur employeur. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK