Le virus progresse toujours en Suède: "Trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur le succès de notre stratégie"

Le virus progresse toujours en Suède: "Trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur le succès de notre stratégie"
Le virus progresse toujours en Suède: "Trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur le succès de notre stratégie" - © Tous droits réservés

Zéro cas dans de nombreuses communes belges depuis plus de deux semaines, zéro mort en 24h en Espagne, zéro contamination dans plusieurs départements de France : c’est clair, après avoir été touchée de plein fouet par l’épidémie de coronavirus, l’Europe semble respirer.

Toute l’Europe ? Pas vraiment. A côté du Royaume-Uni, où le nombre de cas baisse (un peu trop) lentement, il y a un pays où le coronavirus reprend carrément vigueur : la Suède.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution des moyennes "lissées" de nouveaux cas quotidiens de coronavirus par million d’habitants.

Le graphique est assez parlant : on y constate que la Suède n’a jamais connu de pic comparable aux autres pays très touchés par le virus. Tout comme ses voisins la Finlande et la Norvège. Mais contrairement à l’Italie, la France, l’Espagne ou la Belgique, la Suède, qui n’a pas imposé de confinement strict, n’a jamais vu le nombre de cas baisser significativement depuis le début de l’épidémie.

Il a longtemps stagné et depuis plusieurs jours, il semble repartir nettement à la hausse ! Ce qui fait que tous les pays durement touchés affichent désormais un taux de nouvelles contaminations par habitant très inférieur à la Suède ! Et à ce jour, 4.874 personnes sont décédées dans ce contexte, contre 597 au Danemark et 242 en Norvège.

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven s'est pourtant défendu face aux critiques essuyées par son gouvernement au sujet de la gestion de la crise sanitaire. Il a estimé lors d'une interview télévisée qu'il était trop tôt pour "tirer des conclusions définitives sur le succès de notre stratégie".

Le pays scandinave a pris le parti d'imposer des mesures plus souples que les autres pays européens pour lutter contre la pandémie. "Nous avons suivi dans les grandes lignes la même stratégie que beaucoup d'autres", a justifié M.Löfven. "Cela signifie en d'autres termes que le nombre d'infections soit maintenu à un niveau soutenable pour les soins de santé". Il a insisté en outre que tous les pays ne comptabilisent pas les décès de la même manière.

Un récent sondage suggère que de plus en plus de Suédois perdent confiance dans la gestion de la crise sanitaire par leur gouvernement. 

Mea culpa

L’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, de l’Agence de santé publique, avait reconnu il y a peu que l’approche plus souple adoptée par le royaume scandinave pour contenir la propagation du nouveau coronavirus pouvait être améliorée.

Anders Tegnell, souvent présenté comme le visage de la stratégie suédoise de lutte contre le virus, a toutefois défendu la décision de ne pas imposer de confinement comme dans de nombreux pays européens. "Si nous devions rencontrer la même maladie avec tout ce que nous savons aujourd’hui sur elle, je pense que nous finirions par faire quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait", a déclaré l’épidémiologiste sur les ondes de la radio publique suédoise.

Mardi, 51.614 cas de coronavirus avaient été détectés dans le pays depuis le début de la crise, et 4874 personnes sont décédées des suites de la maladie, selon les autorités sanitaires, une mortalité décrite par M. Tegnell comme "vraiment" trop élevé.

Il faut dire qu’avec 482 décès par million d’habitants, la Suède affiche désormais une mortalité globale du Covid supérieure à la France (450), qui a pourtant été touchée plus tôt et plus fort, mais où les mesures ont été drastiques.

Le professionnel dit cependant ne pas être sûr si l’instauration de mesures supplémentaires – et lesquelles – aurait fait la différence. "Il serait bien de savoir plus précisément ce que l’on doit stopper pour mieux prévenir la propagation de l’infection", a-t-il expliqué.

Le pays scandinave a maintenu ouverts les écoles pour les enfants de moins de seize ans, cafés, bars, restaurants et entreprises, demandant à chacun d’observer les recommandations de distanciation sociale et de "prendre ses responsabilités". La population a été incitée à travailler à domicile, à limiter ses contacts et à se laver les mains régulièrement. Seules contraintes majeures, les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, de même que les visites dans les maisons de retraite.

Les autorités suédoises continuent de défendre leur modèle et parlent de mesures pertinentes sur le long terme, répétant dans les médias que cette lutte contre le virus est un "marathon, pas un sprint".

Mais justement, pour ce qui est de l’évolution, alors que le virus est en train de disparaître dans la plupart des pays d’Europe, le regain actuel fait craindre que le bilan funèbre des Suédois est loin d’être clôturé….

Taux de mortalité important en Suède, sujet JT du 22 mai

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK