Le train à voile roule à l'energie durable: il reçoit le prix du développement durable

Un train à voile alimenté par des éoliennes
Un train à voile alimenté par des éoliennes - © Engie

Un train qui fonctionne essentiellement à l'électricité verte ! Ça existe et c'est sur une ligne de la SNCB entre Liège et Louvain. Un projet qui vient de recevoir le prix du développement durable du secteur public. Son nom: le train à voile appelé ainsi car il utilise l'énergie produite par des éoliennes installées la long de la ligne à grande vitesse Liège-Louvain. Un projet porté par un consortium auquel participent Infrabel, Engie-Electrabel, la Ville de Saint Trond et l'intercommunale bruxelloise IBE.

Alimenté par des éoliennes

Un TGV poussé par le vent ! L'image est belle mais plus poétique que réelle. Les trains sur la ligne Liège Louvain ne hissent pas les voiles mais c'est un peu ça tout de même explique Anne Sophie Hugé porte-parole de Engie Electrabel : ce n’est pas qu’une image. Effectivement, les éoliennes sont reliées directement au réseau ferroviaire. L’endroit était idéal, le long d’une autoroute et d’une ligne de chemin de fer et à cheval sur quatre communes et deux régions. D’où l’idée de mener ce projet en collaboration avec des acteurs du privé et du public. Mais comment ça marche ? Frederic Sacré porte-parole d'Infrabel : "L’énergie produite par les éoliennes est injectée directement sur la ligne grâce à notre cabine électrique. Il y a environ aujourd’hui, 40 % de cette électricité verte qui alimente directement 170 trains par jour, soit 5 % de l’ensemble des trains voyageurs de la SNCB. Le reste est injecté directement dans le réseau".

Un tunnel du soleil

Et cela grâce au parc Greensky qui comprend aujourd'hui 7 éoliennes et dans une deuxième phase 9 autres qui seront construites sur le territoire de la Région wallonne. De quoi économiser 20 000 tonnes de CO2 par an. Un projet unique en Europe qui n’est pas le seul mené par Engie-Electrabel. Fredéric sacré : "Nous avons entièrement équipé un tunnel ferroviaire à Anvers avec des panneaux photovoltaïques. On l’appelle le tunnel du soleil ! Cela fonctionne sur le même principe : l’électricité verte alimente directement les trains qui passent par le tunnel. Ce genre de projet ne nous coûte rien et nous n’en sommes pas à l’origine. Mais si de belles idées se présentent, nous sommes ouverts", conclut le porte-parole d’Infrabel.

De son côté, Engie a de grands projets pour l’éolien. Anne-Sophie Hugé : "Nous voulons doubler notre capacité de production en passant de 200 mégawatt aujourd’hui à 400 dans les 5 ans." Une contribution importante à l’objectif déclaré de la Belgique d’atteindre 21 % d’énergie renouvelable d’ici 2020.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK