Le tourisme belge ne boude pas la Tunisie, malgré la fusillade du Bardo

Le tourisme belge ne boude pas la Tunisie, malgré la fusillade du Bardo
Le tourisme belge ne boude pas la Tunisie, malgré la fusillade du Bardo - © FETHI BELAID - BELGAIMAGE

Il y a dix jours, la fusillade dans le musée du Bardo, à Tunis, faisait 23 morts. Cette attaque a depuis été revendiquée par l'organisation terroriste Etat Islamique. L'économie tunisienne subit elle aussi les conséquences de cet attentat, car les islamistes ciblaient les touristes. Par conséquent, de nombreux tours opérateurs européens ont cessé leur partenariat avec le pays. Mais pas la Belgique.

Le soleil, les plages et le sourire bronzés, la Tunisie est un des pays préféré des touristes belges. Les tours opérateurs belges sont d'ailleurs très bien positionnés sur ce marché juteux qui, jusqu'ici, n'a que fort peu subi les conséquences négatives de l'attentat du 18 mars.

Mais les réservations pour la saison estivale, elles, sont nettement à la baisse. Moins 50 % chez Thomas Cook et la même chose chez Jetair, les deux principaux opérateurs belges sur la Tunisie. Pour relancer les réservations, ces opérateurs vont lancer des opérations promotions avec d'importants rabais. Mais qui devra faire l'effort financier ? Pour Michel Ghesquière, directeur du site Pagtour spécialisé dans le tourisme, ce sont les Tunisiens qui paieront la note la plus salée : "L'élément qui va le plus payer ces promotions, c'est l’hôtelier local. Il est payé aux alentours de 7€ ou 10€ maximum par jour de présence du client. Économiquement, je me demande comment cet hôtelier peut encore tenir le coup".

Contacté, Thomas Cook refuse de s'exprimer sur la négociation des rabais avec les hôteliers tunisiens. Chez Jetair, on tient tout de même un discours. Florence Bruyère, porte parole, explique qu'en général "les pays qui subissent une actualité difficile qui fait diminuer les réservations sont généralement partants pour participer à une action de promotion". Une attitude par manque de choix ? Florence Bruyère souligne que les pays en situation de crise "sont demandeurs pour pouvoir relancer leur destination".

Nécessité fait loi, cet été, la Tunisie qui figure toujours dans le top 5 des destinations préférées des Belges sera certainement très, très abordable.

Thierry Vangulick

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK