Le temps presse et la réinsertion de Michelle Martin s'avère difficile

Dans moins d'un an, les soeurs Clarisses de Malonne déménageront
Dans moins d'un an, les soeurs Clarisses de Malonne déménageront - © Archive Belga/NICOLAS MAETERLINCK

La réinsertion de Michelle Martin pose de plus en plus de questions. L'ex-épouse de Marc Dutroux devra trouver un nouveau logement et un emploi dans les mois qui viennent puisque les sœurs Clarisse de Malonne ont décidé de déménager.

Mais aujourd'hui, les contacts n'ont encore abouti à rien de concret. Il reste moins d'un an pour proposer un plan de réinsertion efficace. Sans cela, Michelle Martin devrait retourner en prison.

Les sœurs Clarisse de Malonne sont depuis neuf mois murées dans le silence. Neuf mois depuis l'arrivée de Michelle Martin, neuf mois pendant lesquels l'ex-épouse de Marc Dutroux a effectué plusieurs démarches en vue de sa réinsertion. La dernière en date avait été tenue secrète. Elle est révélée aujourd'hui. Michelle Martin a bien effectué une formation à la Croix-Rouge. Elle voudrait d'ailleurs renouveler l'expérience prochainement.

"C’est son droit le plus normal de vouloir apprendre les gestes qui sauvent. La Croix-Rouge ne peut pas prendre la place de la justice, qui a décidé qu’elle avait le droit de suivre des formations ou de s’inscrire à l’université. A ce titre, on ne peut pas lui refuser cette formation qui aujourd’hui était sa seule demande" indique Fabienne Damsin, porte-parole de la Croix-Rouge. Quant à une collaboration à plus long terme "ce serait envisagé d’une autre manière" précise-t-elle. Il serait donc difficile d'engager Michelle Martin comme collaboratrice de la Croix-Rouge.

Nombreux refus

Suzanne Moreau, magistrat honoraire à Namur, est proche des sœurs Clarisses et elle correspond avec Michelle Martin. Elle s'insurge : il y aurait trop de fausses informations sur Michelle Martin, ce qui bloquerait les pistes de réinsertion. Suzanne Moreau a aussi effectué beaucoup de démarches pour proposer des pistes de réinsertion. Le refus sont nombreux, témoigne-t-elle : "Dans un contexte où il y a une crise de l’emploi, il est évident que les gens engagent plus facilement des gens dont le casier judiciaire est vierge que des gens qui sortent de prison".

Aujourd'hui, l'avenir de Michelle Martin est flou. Dans 10 mois, les Clarisses quittent Malonne et il faut trouver un autre logement, voire un emploi. Face aux obstacles, un groupe de réflexion s'est constitué. Il est composé d'anciens magistrats ou de citoyens anonymes. Ensemble, ils cherchent des pistes pour Michelle Martin. Et ce n'est pas simple.

L'arrivée de Michelle Martin à Malonne avait provoqué une vive émotion. Et dans quelques mois, l'annonce de sa prochaine destination pourrait provoquer de nouvelles réactions. Si on ne réussit pas la réinsertion, elle retournera en prison et ce sera un échec pour Christian Panier, membre du groupe de réflexion pour la réinsertion de Michelle Martin : "Ajouter du mal au pire, ça fait avancer la société, ça?" demande-t-il.

Quelques pistes existeraient néanmoins aujourd’hui,  mais elles sont maigres.

A.L. avec S. Daout

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK