"Le temps où la majorité des femmes se 'sacrifiaient' pour leurs enfants et leur mari semble révolu"

Pour découvrir l'avis des différents experts, survolez l'image ci-dessous et cliquez sur le portrait de votre choix

Comme le veut la tradition, la Saint-Valentin est le moment pour faire le point sur l'état de son couple, voire pour déclarer sa flamme. Mais où en est le couple aujourd'hui ? Quel sens donner à cette notion dans notre société hyper connectée en proie à des crises successives ? Pour faire le point sur le sujet dans différents domaines, nous avons posé les cinq mêmes questions à des spécialistes.

Etat des lieux avec Pascal De Sutter et Julie du Chemin, fondateurs de l’Académie des Arts de l’Amour.

 

Pour vous, c’est quoi un couple, aujourd’hui ?

Un couple est une association plus ou moins durable de deux adultes en vue de réaliser une série de projets communs. Dans notre domaine, le couple a – notamment - pour projet de se prodiguer de l’affection et de partager de la sexualité. Le couple est fondé sur une série d’attentes. Chaque membre du couple espère qu’il y trouvera de la stabilité, de la sécurité, de la joie, du bonheur et du confort y compris dans le domaine sentimental et sexuel. Se mettre en couple reste encore aujourd’hui un engagement fort, même si les conditions pour mettre fin au couple sont devenues de plus en plus aisées.

Sur le plan affectif, chacun espère que le couple permettra au sentiment amoureux de perdurer, voire de se renforcer. Hélas, dans les faits ce n’est pas le cas pour la majorité des couples où les sentiments évoluent souvent d’une admiration réciproque vers une focalisation sur les défauts de l’autre. Au niveau sexuel, la vie en couple offre la possibilité d’avoir un(e) partenaire régulièrement disponible. Cependant, l’on observe aussi que pour la majorité des couples la qualité de la vie sexuelle commune va en se dégradant avec les années de vie commune. Pourtant ce n’est pas une fatalité. Chaque couple peut choisir d’évoluer dans un sens positif.

Comment cette notion de "couple" a-t-elle évolué depuis l’an 2000 ?

Le couple évolue de plus en plus vite. Avant 2000, de nombreux couples se basaient encore sur le modèle traditionnel d’une association amoureuse hétérosexuelle fondant un foyer et élevant des enfants. Depuis, de nombreuses nouvelles formules sont explorées. L’hétérosexualité n’est plus le modèle unique. L’exclusivité amoureuse et sexuelle, bien qu’encore très présente, peut évoluer vers de nouvelles formules telles que le "polyamour" (relation amoureuses et/ou sexuelles assumées et explicites avec d’autres personne que le/la partenaire du couple). Certains couples assument aussi clairement le fait de ne pas vivre en permanence sous le même toit.

En parallèle avec ces évolutions non-conformistes, on trouve aussi un souci de plus en plus grand de maintenir et développer une grande qualité de vie conjugale et sexuelle. Le temps où la majorité des femmes se "sacrifiaient" pour leurs enfants et leur mari semble révolu. Les femmes de plus en plus éduquées (et avec un salaire qui rattrape et dépasse parfois celui de leur conjoint) sont les moteurs d’une véritable révolution conjugale au niveau affectif et sexuel. Nous observons au sein de l’Académie des Arts de l’Amour que ce sont le plus souvent les femmes qui veulent redynamiser la sexualité conjugale et font la démarche de s’inscrire à nos activités.

Pourquoi décide-t-on de vivre en couple aujourd’hui ?

Aujourd’hui, on se met en couple pour de "bonnes" et de "mauvaises" raisons. Nous utilisons des guillemets car il ne s’agit pas évidemment pas d’un jugement de valeur de notre part, mais d’une observation. Parmi les raisons "positives" de se mettre en couple (et qui concernent notre champ d’expertise) on trouve le souhait de nourrir et enrichir une relation amoureuse qui évolue positivement. On décide alors de ne plus être des "amis-amants" occasionnels mais un couple qui construit sa propre histoire. Il y a une forme de désir d’engagement. De s’investir émotionnellement auprès de l’autre. De tisser un lien durable. De renforcer la confiance mutuelle et de favoriser l’épanouissement érotique mutuel. De multiplier les moments de bien-être, de joie et de bien-être à deux; y compris sur le plan sexuel.

Parmi les raisons que l’on peut qualifier de plus "négatives" on trouve la crainte de perdre la personne qui nous plaît, la peur de ne plus trouver un autre partenaire sexuel, l’anxiété de la solitude, l’horloge biologique qui nous pousse à choisir un compagnon pour faire un enfant. Or les choix basés sur les peurs aboutissent rarement à des issues heureuses. Mentionnons d’autres motivations peu appropriées telles que la dépendance affective ou sexuelle, les besoins fusionnels ou les tendances à l’hyper contrôle et la domination.  

La notion de mariage a-t-elle encore un sens dans notre société ?

Sur le plan statistique l’institution du mariage est incontestablement en perte de vitesse dans notre pays. Sur le plan symbolique, elle reste un acte très fort. Notre expérience auprès des couples semble indiquer que la symbolique nuptiale possède une identité plus forte chez les femmes que les hommes. Même en Europe au XXIe siècle, les petites filles sont toujours élevées dans le rêve du prince charmant qui les épousera.

Le cérémonial et le rituel du mariage possèdent encore et toujours une grande fascination auprès de la majorité des femmes et chez de nombreux hommes aussi. Même si nombre de femmes adultes ne souhaitent plus se marier légalement et officiellement, elles apprécient toujours la symbolique d’un anneau et d’une cérémonie liturgique ou laïque. Le rituel du mariage véhicule un message fort d’engagement et un espoir d’éternité. Cela procure aussi un sentiment de sécurité notamment par la phrase coutumière "pour le meilleur et le pire".   

Quel impact ont les nouvelles technologies dans la formation, la durabilité et la rupture d’un couple aujourd’hui ?

Les nouvelles technologies (notamment certaines applications de rencontres immédiates) facilitent grandement les rencontres amoureuses et sexuelles (en particulier pour les personnes possédant une apparence physique agréable). Mais assez logiquement, plus le choix de partenaire est large, plus il est difficile de se décider de former un couple stable avec une personne en particulier. De nombreux sites de rencontres (y compris spécialisés dans les relations extra-conjugales) contribuent aussi à fragiliser les couples existants et sont la cause de nombreuses ruptures.

Il existe cependant quelques nouvelles technologies qui peuvent permettre au couple de se renforcer et perdurer. Y compris au niveau de la communication et de l’épanouissement sexuel. Citons, pour exemple, l’application "Happy Couple" (version iOs et Android) qui propose aux couples des jeux interactifs permettant à chacun de mieux se connaître et de dynamiser leur lien amoureux. Chaque jour, chacun des partenaires reçoit gratuitement 5 questions à propos de son partenaire et de leur relation ainsi que des conseils astucieux et des défis pour faire grandir l’amour tout en restant connectés.

Selon vous, comment les notions de couple/de relation amoureuse/de mariage vont-elles évoluer dans les vingt prochaines années ?

Cela dépendra fortement de l’évolution de la société. Si la qualité de vie des humains progresse, les exigences de bien-être et de bonheur dans les couples iront en augmentant. Et plus on est exigeant, plus le risque de déception est élevé. Les hommes et les femmes chercheront alors à innover de nouvelles formes de vie en couple qui répondent mieux à leurs attentes. A contrario, les situations de précarité ou de guerre voient un renforcement d’un besoin fort de solidarité conjugale et un retour à des modèles traditionnels. Quand on se trouve en situation difficile au quotidien pour se loger, pour se nourrir, pour survivre, on devient beaucoup moins exigeant sur le plan amoureux et sexuel.

Dans une perspective optimiste sur l’évolution de la société, on peut penser que les valeurs de qualité de la vie conjugale, de respect mutuel et d’épanouissement sexuel se trouveront au cœur du projet conjugal. Nous observons déjà une tendance allant vers le souhait de ré-investir dans son couple (notamment en suivant des séminaires, des ateliers ou des formations de développement personnel et conjugal) plutôt que de choisir la voie radicale de la rupture dès que des déceptions ou obstacles surgissent.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir