Le sol s'effondre à Laeken (Bxl). Des habitants évacués

RTBF
RTBF - © RTBF

Un effondrement de terrain, probablement dû à une fuite d'eau dans une canalisation souterraine, a nécessité l'évacuation, vendredi matin, de quatre habitations de l'avenue Emile Bockstael

La ligne de métro A1 ne sera pas rouverte entre Bockstael et Stuyvenberg. La station Stuyvenberg est toutefois accessible depuis Roi Baudouin. L'effondrement de terrain concerne une zone de 6 mètres sur 2 située face aux numéros 336 à 342 de l'avenue, a précisé la police. Le sol s'est affaissé d'un demi-mètre.Les 27 habitants des quatre immeubles concernés ont été évacués par les fenêtres, les mouvements de terrain ayant rendu les portes impossibles à ouvrir. Ces personnes ont été temporairement relogées dans une école située face à leurs habitations. Une solution d'hébergement devrait leur être proposée pour la nuit par le CPAS. Tram et bus ont été déviés en surface tandis que la station de métro Stuyvenberg a été fermée. La ligne 1A est limitée à la station Bockstael d'une part et à la station Houba-Brugmann d'autre part. Des navettes de bus circulent entre les deux. La STIB espérait vers 16h00 pouvoir rétablir la ligne sur le tronçon dans un des deux sens mais attendait l'autorisation d'experts.L'origine de l'effondrement n'était toujours pas connue en fin d'après-midi. L'intercommunale Vivaqua a toutefois indiqué que la fuite ne s'était pas produite sur son réseau de distribution d'eau.Des ouvriers de la STIB ont constaté, lors de travaux de maintenance, que de la boue s'était répandue sur les voies du métro. Ils ont colmaté la fuite en injectant de la résine et du béton derrière un panneau. Les ouvriers du service des travaux de la Ville de Bruxelles ont remarqué pour leur part que la terre située sous le trottoir qui s'est affaissé était boueuse. L'effondrement aurait été provoqué par une accumulation d'eau à cet endroit ou à la suite d'un accident, selon la Ville de Bruxelles.Aucune fuite d'eau n'a encore pu être localisée. Les travaux ont été suspendus en cours de journée car la terre continuait à bouger. Le mur mitoyen de deux habitations s'enfonçait dans le sol. Les deux maisons risquaient de s'effondrer et d'entraîner avec elles d'autres bâtiments. Les maisons qui menaçaient de s'effondrer devaient être étançonnées.Une équipe de Sibelga s'est rendue sur les lieux pour procéder à la fermeture des conduites de gaz et d'électricité. Les experts sur place craignaient que la circulation des métros provoque des vibrations risquant de précipiter l'effondrement des maisons.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK