Le site Rue du Commerce choque avec la vente d'un costume d'"enfant déporté"

Le site Rue du Commerce choque avec la vente d'un costume d'"enfant déporté"
2 images
Le site Rue du Commerce choque avec la vente d'un costume d'"enfant déporté" - © Tous droits réservés

"Tenue d'enfant déporté, deuxième guerre mondiale - 8-10 ans." Cette "panoplie" vendue dans la rubrique "fêtes et déguisements" du site rueducommerce.com a depuis été retirée de la vente (mais la page est toujours accessible via le cache de Google). Sur les réseaux sociaux, les témoignages indignés se sont multipliés contre ce déguisement de mauvais goût.

Alerté par des internautes en colère, le site a présenté ses excuses avant de préciser que "ce produit est vendu et expédié par l'un de nos partenaires marchand". En effet, Rue du Commerce est ici un intermédiaire de Happy Fête, une entreprise spécialisée dans les articles de déguisement. "Un audit des procédures de mise en ligne vient d’être diligenté, pour s’assurer que ceci ne se reproduise plus", ajoute Rue Du Commerce sur son compte Twitter.

Une "erreur de traduction"

Happy Fête a lui aussi enlevé le produit de son site de vente en ligne. Mais la page de l'article, vendu 24 euros (contre 30 euros sur Rue du Commerce) est toujours accessible si on sait se servir de Google, tout comme celle d'un "costume de réfugié pour enfant" livré avec "un pull muni d'une chemise attachée, une casquette et un sac avec étiquette d'identification".

Happy Fête n'est pas le seul à vendre cet article. Le site britannique megafancydress.co.uk propose une panoplie encore plus complète. Ici, le vêtement incriminé par la twittosphère est vendu sous la dénomination de "Evacuee Boys Costume" (en référence à cette période de la Seconde Guerre mondiale où des milliers de civils ont fuit vers les campagnes lors de l'invasion allemande). C'est d'ailleurs l'excuse choisie par Happy Fête. Citée par Les Inrocks, l'enseigne parle d'une "erreur de traduction" au moment de la mise en vente du costume.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK