Anxiété, dépression: les achats en ligne renforcent la dépendance des accros au shopping, et c'est une vraie maladie

Le shopping en ligne peut accentuer les achats compulsifs, créer des troubles bipolaires et des dépressions
Le shopping en ligne peut accentuer les achats compulsifs, créer des troubles bipolaires et des dépressions - © Tous droits réservés

On l'appelle traditionnellement "oniomanie" ou "fièvre acheteuse": ce trouble psychiatrique est connu depuis le début du siècle comme une relation pathologique à l’argent et à l'acquisition qui va conduire à ce qu'on appelle les "achats compulsifs". 

Mais ce trouble migre de plus en plus vers une oniomanie "virtuelle", à savoir un trouble des achats compulsifs en ligne. C'est ce que soutient dans "Comprehensive Psychiatry", une revue spécialisée en psychiatrie, le docteur Astrid Müller, psychiatre de l’École de Médecine d’Hanovre en Allemagne, qui a mené une étude sur 122 patients et leur relation avec le e-shopping. Le commerce électronique crée en effet un environnement propice au développement ce qu'elle appelle une BSD, pour Bipolar Spectrum Disorder, un trouble bipolaire, qui consiste en l'alternance de périodes maniaques, d'anxiété , et de phases dépressives.

Les patients atteints de ces BSD "achètent plus de biens de consommation qu'ils ne peuvent se permettre, et ceux-ci ne sont ni nécessaires ni fréquemment utilisés", indique l'étude. Mais ce qui inquiète la thérapeute, c'est que le taux de dépression et d’anxiété est encore plus élevé que d’habitude chez les personnes obsédées par les achats en ligne. Parmi l'échantillon de l'étude, un tiers des patients atteints de fièvre acheteuse étaient aussi accros au e-shopping, et chez ceux-ci, on remarquait en effet un taux d'anxiété et de dépression plus élevé.

Certains aspects spécifiques au e-commerce, tels que la disponibilité, l'anonymat, l'accessibilité et l'accessibilité économique, contribuent au développement d'un type particulier de trouble bipolaire. Selon elle, il faudrait reconnaître ce trouble des achats compulsifs en ligne comme une pathologie en soi, et mieux l'étudier pour mieux la combattre.

Les problèmes financiers sont en effet souvent inévitables dans tous les cas d'oniomanie, mais ils peuvent aussi entraîner de gros problèmes sociaux, voire dériver vers de véritables problèmes psychiatriques.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK