Le Sheep coaching: les cadres sont-ils des moutons?

Conduire un troupeau de moutons pour ensuite conduire les cadres de l’entreprise dans la bonne direction. On pourrait croire à une plaisanterie. Ce n’est que très sérieux. L’idée vient d’un consultant français, qui a travaillé autrefois comme ingénieur dans un élevage de brebis. En collaboration avec HEC – Paris, la très sérieuse école des Hautes Etudes Commerciales, il a convaincu la Bergerie nationale de Rambouillet. Durant l’été, il organise des journées de Sheep coaching.

François Vergonjeanne : "Quand avec HEC on a commencé à faire un cursus de formation sur le coaching des organisations, je me suis dit que ce serait intéressant de travailler avec des systèmes fluides, des systèmes vivants. Voir ce qui se passe quand on doit se coordonner pour piloter un système vivant, l’accompagner, c’est comme ça que ça a commencé".

Nous voici à la Bergerie nationale, au sud de Paris. Les élèves d’un jour – une dizaine -  sont fin prêts. Lunettes de soleil et chapeau de paille. Ils écoutent attentivement la consigne. Il s’agit de faire passer les brebis entre deux piquets, de plus en plus rapidement ou encore, de leur faire faire un huit dans le pré.

Ce sont de futurs coaches en organisation, mais cela pourrait être aussi des cadres ou des dirigeants d’entreprise. En contact avec le troupeau de moutons, ils sont sensés expérimenter la complexité des systèmes et la résistance au changement. François Vergonjeanne : "L’exercice n’est pas d’apprendre à faire fonctionner un troupeau de moutons, ça c’est le travail du berger. Ce qu’ils apprennent, c’est comment ils sont ensemble quand ils ont à faire des choses ensemble. C’est un travail de développement du savoir être".

En se soumettant à l’exercice, les membres du groupe doivent observer comment réagit le troupeau et comment eux réagissent au troupeau. Après chaque exercice, on débriefe. Qu’a-t-on appris, en matière de leadership, de cohésion, de juste distance, d’adhésion au projet. Autant de concepts qu’il leur faudra appliquer en entreprise.

Les managers sont-ils des moutons ?

" Loin de moi de croire que les gens sont des moutons, précise notre consultant. Ce sont des humains, mais pour apprendre à piloter des êtres vivants, ils s’entraînent avec d’autres êtres vivants qui ont les mêmes principes. Ça bouge, c’est en tension, c’est en conflit, ça se regroupe, ça se déstructure, comme dans la vie d’une entreprise ".

Mathilde Guillou, directrice pédagogique HEC : "Le but n’est pas de faire une comparaison :  humains – brebis. Le principe est plutôt de mettre les coaches en situation face à un système complexe. On parle par le langage des brebis, on ne connait pas bien la culture des brebis et pour autant ce sont des éléments que les coaches doivent prendre en compte lorsqu’ils sont dans une nouvelle organisation. S’adapter à de l’inconnu, à de l’imprévu, et là, on a tous les éléments auxquels on est confronté quand on doit commencer une nouvelle mission".

Observer un système vivant pour faire adhérer les cadres ou employés au projet de l’entreprise. Comme les moutons, qu’ils ne sont pas, bien entendu, ils vont peut-être résister au changement. Mathilde Guillou : "Lorsqu’on est en mission de coaching en organisation, on est en relation avec un système dont toutes les parties prenantes ne sont pas toujours très favorables à l’intervention des coaches dans ce genre de mission. Donc il doivent comprendre que toutes les conditions ne seront pas réunies de manière très favorable. Parfois le système brebis va buter sur lui-même parce qu’il va présenter des résistances très fortes à la présence des coaches ou à ce qu’on voudrait lui faire faire".

Des apprentis coaches enthousiastes

Sur la pelouse, avec application, les futurs coaches s’emploient à faire se mouvoir les mérinos de la Bergerie nationale. A ramener la brebis égarée dans le troupeau. Et ils apprécient l’exercice : "C’était intéressant de faire ça en équipe sans savoir ce que cela allait donner. Dans le monde du coaching on travaille beaucoup avec les métaphores. Les êtres humains sont imprévisibles. Comme les animaux. Il y a beaucoup à apprendre des animaux. Nous sommes des animaux intelligents".

"Initialement, je me suis dit que cela faisait un peu peur , mais au final ça c’est très bien passé. Il suffit de se rapprocher des moutons pour les faire bouger. Ce qui est intéressant, c’est de voir comment on travaille en groupe, comment on se coordonne. L’expérience nous montre qu’il y a une forme d’organisation dans leur fonctionnement. Il faudra l’appliquer dans l’entreprise".

Comme point d’orgue de la journée, le groupe devait fusionner un troupeau d’oies avec les moutons. Pour comprendre sur le terrain que dans le monde de l’entreprise, les fusions – acquisitions ne sont pas toujours simples à appliquer.

Le bonheur est dans le pré. Les oies, les moutons, les coaches. Fallait oser. Et ça marche. HEC, la Bergerie nationale et les bergers d’un jour. Tout le monde était satisfait de l’expérience.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK