Le secteur pharmaceutique a versé 200 millions aux médecins et aux hôpitaux en 2017

En vertu d'une loi de 2016, l'obligation de transparence s'applique désormais à toutes les entreprises pharmaceutiques et de technologie médicale.
En vertu d'une loi de 2016, l'obligation de transparence s'applique désormais à toutes les entreprises pharmaceutiques et de technologie médicale. - © LUC CLAESSEN - BELGA

Les entreprises pharmaceutiques et de technologie médicale ont investi l'année dernière plus de 203 millions d'euros dans des collaborations en Belgique avec des prestataires et des institutions de soins, mais aussi avec des organisations de patients, indique mardi la plateforme betransparent.be.

Cette dernière a été fondée en 2014 par vingt-huit associations du secteur de la santé qui ont pris l'engagement de rendre publiques les collaborations entre l'industrie et les prestataires (médecins, infirmiers, pharmaciens, ...) et institutions de soins (hôpitaux, associations scientifiques, ...).

Un chirurgien qui reçoit une indemnisation d'une entreprise de technologie médicale pour sa contribution à l'optimisation d'un implant ou un professeur qui est indemnisé par une société pharma pour sa participation à une réunion d'experts sont des exemples de cas qui doivent être placés dans le registre de betransparent.be.

La transparence dans les soins de santé est importante

En vertu d'une loi de 2016, l'obligation de transparence s'applique désormais à toutes les entreprises pharmaceutiques et de technologie médicale.

Au total, 530 entreprises de ce type ont introduit leurs données relatives à l'année 2017 dans le registre. Ensemble, elles ont investi pour plus de 203 millions d'euros dans des collaborations avec 14.167 prestataires de soins, institutions de soins et organisations de patients.

Les prestataires les plus sollicités sont les médecins spécialistes (7726), les infirmiers (1451) et les médecins généralistes (1361).

"La transparence dans les soins de santé est importante, comme je le souligne depuis le début de cette législature. Il s'agit en définitive de la santé des citoyens et d'un secteur financé par des fonds publics. Les gens ont donc le droit de savoir quelles relations l'industrie a avec les prestataires de soins et les organisations de patients, et vice versa", a souligné la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld).

Principalement dédié à la recherche scientifique

Dans un communiqué, l'association générale de l'industrie du médicament, pharma.be, souligne que la plupart des montants investis par le secteur sont consacrés à la recherche scientifique. "En 2017, les entreprises pharmaceutiques innovantes ont investi un total de 162 millions d'euros dans leurs collaborations avec la communauté médicale belge. Sur ce montant, 106 millions (66%) ont servi à financer la recherche scientifique", indique-t-elle.

"Les collaborations entre les entreprises pharmaceutiques et la communauté médicale aident les deux parties à se tenir informées durant le processus de développement de nouveaux médicaments. En effet, les contacts fréquents et les échanges d'informations sur la meilleure manière d'intégrer de nouveaux médicaments dans le trajet de soins des patients revêtent une valeur importante et bénéficient aux patients", insiste-t-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK