Le Scan: nos enseignants sont-ils vraiment mal payés ?

C'est un sentiment que partage un grand nombre d'enseignants. Celui d'un salaire pas assez élevé par rapport à leur travail. Les détracteurs eux, les considèrent comme tout le temps en congé et donc pas à plaindre. L'enseignement doit pourtant faire face à un constat: une pénurie accrue de profs. Le Scan a donc tenté de démêler le vrai du faux et décortique leur fiche de paie.

Gaëlle est enseignante en secondaire inférieur depuis deux ans. Cette jeune enseignante n'est pas nommée. Son salaire est donc calculé en fonction du nombre de jours prestés. "Je gagne 1820 euros les mois à 31 jours mais en février, comme il n'y a que 28 jours, là c'est 1665 euros de salaire net. Tout en sachant que mon loyer, mes frais ne changent pas en fonction du mois. Rien ne change, sauf mon salaire." Elle donne 23 heures de cours par semaine, "c'est comme si je donnais 23 heures de conférence par semaine." Alors forcement, cela demande de la préparation, mais aussi des corrections et pas seulement. Mais considère-t-elle qu'elle est bien payée? "Les semaines où je n'ai que mes cours à donner, mes préparations et mes corrections, je trouve mon salaire correct. Mais, les semaines où on dépasse le cadre scolaire comme les sorties, les voyages, etc. là, tout devient du bénévolat." Sans compter que Gaëlle a également dû s'acheter un ordinateur, une tablette pour utiliser son projecteur en classe, et tout cela à ses frais.

Un salaire moyen de 2121 euros net par mois, oui mais...

Un prof en Belgique gagne 2121 euros par mois. Il s'agit d'une moyenne. En réalité, de nombreux paramètres font varier ce salaire. Prenons par exemple un enseignant avec quinze ans d'ancienneté. S'il est régent, il gagne 2179 euros net par mois alors que s'il est licencié et dispose donc d'un master, son salaire est de 2623 euros. Une différence de près de 450 euros donc. Et s'il est au Nord du pays, cela change encore puisque les profs en Flandre sont mieux payés. "Nos collègues flamands ont 4,5 voire 6% de salaire en plus en fonction des barèmes" souligne Joseph Thonon, le président de la CGSP-enseignement. "Simplement parce que je pense que la Communauté flamande est un peu plus riche et a donc pu augmenter ses enseignants et pas nous."

Pour ce syndicat, le salaire des enseignants n'est pas attractif. "Si c'était le cas, on ne voit pas pourquoi il y a pénurie. Cette pénurie c'est la réponse aux détracteurs qui estiment que c'est un métier où il y a énormément de congés et où les conditions sont plus faciles qu'ailleurs."

La Belgique au-dessus de la moyenne européenne

La Belgique se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne en terme de salaire de ses enseignants. La Lituanie, c'est le plus mauvais élève avec un salaire de 1440 euros brut par mois. Vient ensuite la France, puis la Belgique. Mais on est encore loin de l'Allemagne ou encore du Luxembourg. Les enseignants luxembourgeois gagnent près de 8000 euros brut par mois. "Quand on regarde ailleurs, ils sont plutôt bien payés en Belgique" souligne Jean Hindriks, docteur en économie à l'UCL. "Le paradoxe belge, c'est qu'on a beaucoup d'enseignants mais de tailles de classes plus élevées. La raison, c'est que beaucoup de profs ne sont plus dans les classes. Il y a une vraie fuite." Comment expliquer alors le manque d'intérêt pour cette fonction? "Il y a un vrai problème d'image de la fonction d'enseignant, contrairement à d'autres pays comme la Finlande où les files d'attente sont longues pour entrer dans la profession. Mais dans ce pays, plus de 90% des enseignants ont un diplôme universitaire mais chez nous, c'est seulement 40%."

A partir de 2020, la formation des enseignants passera à quatre ans minimum à la place de trois actuellement. Un nouveau barème devra donc être créé et les salaires seront donc augmentés. Mais est-ce que cela va suffire à sortir de la pénurie et à redorer le blason de cette profession indispensable ? Rien n'est moins sûr. Mais, nul doute que les politiques ont et auront dans les années à venir un rôle primordial à jouer.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK