#LeScan: les écoles européennes sont-elles des "ghettos surpeuplés?"

En théorie, les écoles européennes sont ouvertes à tous. La réalité est bien différente.

À Bruxelles, quatre écoles européennes accueillent près de 13.000 élèves. Ces établissements sont publics et ouverts à tous. Ils sont financés par les institutions et les États membres, dont la Belgique. Le Scan a recueilli le témoignage d’un père de famille qui a tenté, à deux reprises, d’inscrire son fils dans une de ces écoles. Sans succès. "À chaque fois, on m’a répondu que ce n’était pas possible, car les écoles sont surpeuplées".

Surpopulation chronique

Depuis quelques années, les écoles européennes à Bruxelles sont effectivement en surpopulation. Dans son établissement, Simon Sharron accueille 3000 élèves au lieu de 2800. Certains endroits sont désormais trop petits pour accueillir tout le monde. "Nous avons une pièce où doivent se mettre 500 élèves par temps de pluie. C’est trop petit. À chaque fois que l’on tente de faire de la place à un endroit, cela créé des problèmes à un autre".  

Élèves classés par catégorie

Conséquence de cette surpopulation, chaque année, des dizaines de demandes d'inscriptions sont refusées. Mais pas n'importe lesquelles. Ces refus visent avant tout des élèves de catégorie 3. "Chaque élève se retrouve dans une catégorie", analyse Jean-Paul Soyer, secrétaire général de U4U, un groupement syndical de fonctionnaires européens. "Dans la catégorie 1 se trouvent les enfants dont les parents sont issus des institutions européennes. Dans le 2, ceux d’organismes privés ou publics ayant des accords bilatéraux avec l’Europe. Reste la 3, pour Monsieur et Madame Tout-Le-Monde".

Accords financiers avec le privé

Les enfants sont donc placés dans une catégorie en fonction de l'employeur des parents. Le fils de notre témoin, lui, se retrouve en catégorie 3. Il n'est donc pas prioritaire, à la différence des enfants des institutions. Reste la catégorie 2…

Jusqu'à 2005, les communautés européennes ont passé des accords avec des organismes publics comme l'OTAN, mais également des entreprises privées. Le Scan s'est procuré la liste de ces sociétés. On y retrouve notamment des banques et des multinationales.

Grâce à ces accords financiers, des enfants d'Unilever, Pepsi-Cola ou encore BMW sont donc prioritaires sur la catégorie 3. Cela dépend des accords et des écoles, situées dans l'Union Européenne. Seule le montant du minerval est différent, puisqu'il est parfois deux fois plus élevé.

La solution: une 5e école ?

Malgré cette priorité, les enfants des institutions restent de loin majoritaires. Dans les écoles européennes de Bruxelles, 96% des enfants sont désormais issus de la catégorie 1. "À mon époque, il y avait un tiers d’élèves de catégorie 3. Au fur et à mesure, ces établissements se sont transformées en ghettos", constate notre témoin. "C’est vrai, mais ce n’est pas notre volonté. Nous faisons face à la surpopulation. Et nous devons prendre des décisions difficiles", répond Giancarlo Marcheggiano, secrétaire général des écoles européennes.

Pour diminuer la surpopulation, tous attendent désormais la création d'une cinquième école à Bruxelles. Elle pourrait mettre 10 ans avant de voir le jour. Et selon les estimations, elle devrait déjà être pleine dès son ouverture...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK