Le Sauvage de la Ducasse d'Ath : l'UNESCO répond aux Bruxelles Panthères

Le 5 août dernier, le collectif Bruxelles Panthères, un mouvement politique, antiraciste et décolonial, a envoyé un courrier à l’UNESCO pour dénoncer la figure du Sauvage présente lors de la Ducasse d’Ath. Hier soir, le sous-directeur général chargé de la culture a répondu au collectif. Une petite victoire pour ses membres.

Dans sa lettre, le sous-directeur, Ernesto Ottone rappelle les critères auxquels il faut satisfaire pour être inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité. Mouhad Reghif, porte-parole des Bruxelles Panthères, lit entre les lignes et estime que : "implicitement, il dit que le Sauvage ne respecte pas ces critères". Pour ce mouvement politique, antiraciste et décolonial, cette réponse n’est pas une victoire. Il s’agit seulement d’une première étape. "La vraie victoire, ce sera le jour où on mettra réellement en place en Belgique des dispositifs juridiques qui permettront d’éradiquer le racisme et la négro phobie", souligne le porte-parole.

Mouhad Reghif sera présent à Ath pour assister à la Ducasse. Il y voit l’opportunité de faire de la pédagogie et précise les intentions des Bruxelles Panthères : "Ce n’est pas une croisade morale contre ce personnage, encore moins contre la Ducasse ou les Athois. Le but, c’est d’éradiquer la négro phobie et d’éliminer les conséquences pratiques, négatives quotidiennes que les personnes afro descendantes subissent".

Les Bruxelles Panthères proposent que dès l’année prochaine le sauvage soit maquillé aux couleurs de la ville, mauve-blanc-jaune, ou disparaissent tout simplement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK