Le roi Albert n'a aucune intention de reconnaître Delphine Boël

Albert II n'a pas l'intention de reconnaître Delphine Boël
Albert II n'a pas l'intention de reconnaître Delphine Boël - © Archive RTBF

Delphine Boël a annulé mardi sa procédure de recherche en paternité introduite en juin dernier, afin d'en introduire une nouvelle lundi. Elle veut être reconnue comme la fille du roi Albert. Et elle ne citera plus que lui, et lui seul, puisqu'il n'est plus couvert par aucune immunité depuis l'abdication du 21 juillet. Sauf qu'il est apparu très clairement que le roi Albert n'a aucune intention de la reconnaitre pour fille, quelles que soient les révélations animant régulièrement la sphère médiatique.

En 2005, sur nos antennes, Sybille de Sélys Longchamps sortait d'un long silence, pour défendre sa fille. Delphine Boël n'avait pas pu assister à un dîner de gala parce que le prince Philippe faisait aussi partie des invités. " Humainement parlant, c’est une gifle en pleine figure. Elle ne fait de mal à personne et elle n'a pas demandé de naître. Et cela touche profondément les fibres d’une mère " La mère de Delphine Boël disait ne pas regretter du tout cette histoire d’amour.

Depuis Sybille de Sélys Longchamps a parlé plusieurs fois dans les médias. Elle évoque sa relation avec le roi Albert, et elle parle notamment du fait qu'Albert et Paola ont failli divorcer. Pour maître Guy Hiernaux, avocat d'Albert II, cela ne prouve rien : "Juridiquement je ne vois pas dans ces nouveaux éléments une preuve, je vois des éléments qui pourraient démontrer une relation entre deux personnes mais en quoi cela peut démontrer une paternité je ne le vois pas".

Pour maître Hiernaux, la seule preuve qui pourrait établir la paternité d'Albert II serait un test ADN, mais encore faudrait-il que le roi accepte ce test, et qu'au préalable, l'action en contestation de paternité vis-à-vis de Jacques Boël ait abouti.

Daphné Van Ossel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK