Le risque de vortex polaire en Belgique est faible, mais il va faire froid à partir du 20 janvier

Le risque de vortex polaire en Belgique est faible, mais il va faire froid à partir du 20 janvier
Le risque de vortex polaire en Belgique est faible, mais il va faire froid à partir du 20 janvier - © OZAN KOSE - AFP

Depuis quelques jours, le "vortex polaire" a refait surface dans les médias. Synonyme de période de grand froid, le risque que cela arrive jusque chez nous est pourtant très faible. 

Nous ""pourrions vivre", car d'ici là, d'autres phénomènes météo pourraient venir s'intercaler entre le pôle nord et nos régions. Mais selon les projections météorologiques actuelles, il y aura bien une baisse des températures, avec probablement des gelées plus marquées et plus fréquentes, ainsi que de la neige", explique Fabian De Bal, météorologiste principal à l'IRM (l'institut royal météorologique). 

Il va donc falloir, dans tous les cas, sortir les manteaux épais, les gants et les bonnets puisque l'on attend des températures bien en dessous de zéro à partir du 20 janvier. 

En janvier 2014, une vague de froid historique avait touché le Canada et le Nord-Est des États-Unis. On avait alors évoqué le "Polar Vortex" qui est une dépression d'altitude qui tourbillonne au niveau des pôles. Il arrive que cette dépression marque des oscillations plus ou moins importantes vers le sud.

Ces descentes du vortex polaire parviennent à se mettre en place plus facilement dans les régions d'Amérique du Nord que chez nous. En effet, un lien continental direct existe entre le nord des États-Unis et le Pôle Nord via le Canada. Chez nous les étendues maritimes constituent une barrière qui complique ces décalages du vortex vers le sud.

Archives : Journal télévisé 07/01/2014

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK