Le risque d'une thrombose si on est atteint du Covid-19 est "largement supérieur" qu'avec le vaccin AstraZeneca, estime Cédric Hermans

C’est finalement devenu une saga qui n’en finit plus. Le vaccin AstraZeneca a, depuis près d’un mois, pris la place du mouton noir dans la campagne de vaccination à l’échelle de l’Europe. En cause, des cas, rares mais qui posent question, de thromboses chez des patients qui ont reçu les doses du laboratoire suédo-britannique. "Il y a toujours un risque en médecine. Tout geste médical, toute intervention, toute prise de médicament s’accompagne de risques et ici on est à un risque qui est extrêmement faible", commente Cédric Hermans, hématologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc (UCLouvain).

On évoque un ratio d’un cas sur 100.000 vaccinés avec un total d’une centaine de cas observés dans toute l’Europe, c’est pourquoi ce spécialiste du sang et donc des maladies qui y apparaissent comme les thromboses, qualifie les cas observés suite à la vaccination avec AstraZeneca "d’exceptionnel". "C’est quelque chose qui n’a rien à voir avec ce qu’on a dans la population en général", précise-t-il.


►►► À lire aussi : Thromboses : quand AstraZeneca met un coup de projecteur inattendu sur un mal répandu


Davantage de risques de thromboses avec le Covid

Si cela reste marginal, le spécialiste ne rejette pas les questions que posent ces cas particuliers. "Il faut reconnaître qu’on a observé des cas de thromboses qu’on ne voit habituellement. Elles touchent le système nerveux central et le tube digestif", pointe-t-il. Ces "mauvais caillots" de sang apparaissent aussi chez des personnes dont l’âge est sous la barre de 60 ans, qui ne sont "pas particulièrement disposées à ce type de thromboses".

Cédric Hermans comprend donc la préoccupation qui agite les futurs vaccinés comme les experts. Mais lorsqu’on lui demande si cela le freinerait à se faire vacciner avec une dose du vaccin AstraZeneca, il est formel, c’est non. "On a toujours intérêt à prôner la vaccination avec AstraZeneca. N’oublions pas qu’actuellement en Belgique, on a toujours près de 800 personnes aux soins intensifs avec un Covid sévère. Là-dedans, il faut s’attendre à plusieurs centaines de cas de thromboses donc largement supérieur à ce qu’on a pu constater en Europe jusqu’à maintenant."


►►► À lire aussi : Les risques de thromboses avérés depuis longtemps… avec la pilule contraceptive


Comprenez par là que si vous êtes contaminé et victime d’une forme sévère du Covid, cela peut aussi être la source de thromboses dans votre organisme. C’est pourquoi l’hématologue se range du côté de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a encore rappelé ce mardi après-midi que "la balance risque/bénéfice continue de peser largement en faveur du vaccin anti-Covid d’AstraZeneca".

Vers une adaptation de la stratégie ?

"Il n’est pas exclu toutefois qu’on décide de limiter, comme c’est le cas dans certains pays, la vaccination dans certains groupes d’âge tenant compte qu’on n’a pas observé ce type de complication exceptionnelle au-delà de 60 ans", suggère le spécialiste.


►►► À lire aussi : Vaccin AstraZeneca et rares thromboses : suspendra, suspendra pas pour les moins de 60 ans ?


Alors quelles adaptations pourraient être apportées à la campagne de vaccination belge pour se prémunir de ce type de complication ? Cédric Hermans évoque l’administration du vaccin AstraZeneca uniquement aux personnes dont l’âge est supérieur à 60 ans. "Mais on doit tenir compte de tous les éléments dont on dispose et les autorités sont en train d’y réfléchir", dit-il avant de conclure qu’il est nécessaire de "garder raison et continuer la vaccination mais peut-être avec certaines précautions".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK