Le registre des donneurs de cellules souches manque d'hommes d'origine non-européenne

Le registre des donneurs de cellules souches manque d'hommes d'origine non-européenne
Le registre des donneurs de cellules souches manque d'hommes d'origine non-européenne - © GUILLAUME SOUVANT - AFP

Un patient sur trois d'origine nord-africaine, centrafricaine, turque ou mixte ne trouve pas de donneur de cellules souches. C'est pourquoi le registre belge des donneurs de moelle osseuse lance mercredi à Bruxelles une campagne pour rechercher des donneurs de cellules souches d'origine étrangère ou mixte.

Les cellules souches sont des cellules qui peuvent se diviser indéfiniment. Elles jouent le rôle principal dans la formation des cellules sanguines: globules rouges, globules blancs et plaquettes. Elles sont aussi indispensables pour le traitement de maladies du sang telles que la leucémie.

Bernis Nkiambi est une jeune maman d'origine congolaise. Elle est née avec une maladie génétique appelée la drépranocytose. Depuis toute petite, elle souffre en permanence. "Je vis au quotidien avec des douleurs chroniques, explique-t-elle, je ne peux pas faire ce que tout le monde fait : par exemple, je ne peux pas dormir normalement, je ne peux pas travailler non plus, mon corps ne peut pas le supporter". 

Son seul espoir pour guérir aujourd'hui, c'est une greffe de cellules souches. Mais la femme de 27 ans n'a toujours pas trouvé de donneurs compatibles. Une compatibilité qui est beaucoup plus grande avec un donneur de la même origine. Or, il en existe actuellement très peu en Belgique. 

1,5% de donneurs d'origine étrangère en Belgique

Le registre belge compte 81.300 donneurs inscrits. "Seul 1,5% est d'origine nord-africaine, centrafricaine ou turque", indique le professeur Pierre Zachée, président du registre. "Et cette part diminue encore pour les personnes d'origine mixte."

Actuellement, si ces personnes tombent malades et ont besoin de cellules souches, seules 65% d'entre elles peuvent être aidées, contre 90% de tous les patients d'Europe occidentale.

Le registre belge des donneurs de cellules souches est donc à la recherche de donneurs d'origine nord-africaine, centrafricaine, turque ou mixte.

Le don de cellules souches est halal

"Les hommes âgés de 18 à 40 ans sont les donneurs de cellules souches les plus adéquats. Les femmes développent en effet pendant leur grossesse des anticorps contre le système immunitaire du père, ce qui explique pourquoi leur type de tissu a moins de chances d'être compatible. Le don de cellules souches est halal et donc autorisé pour les musulmans. Ce n'est pas anodin, car ceux-ci représentent une grande partie du groupe cible de la campagne", précise encore la Croix-Rouge.

"Le don de cellules souches est avant tout un geste de solidarité: vous pouvez sauver la vie de quelqu'un et cela ne vous coûte rien", ajoute la ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block, présente mercredi au lancement de la campagne. "La bonne nouvelle est que le registre belge est déjà bien développé, mais certains groupes cibles restent sous-représentés. C'est ce que cette campagne doit changer." Il est possible de s'enregistrer comme candidat donneur sur le site http://www.31millionsdechances.org/devenir-donneur-de-cellules-souches/.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK