Le régime vegan est-il, oui ou non, à proscrire chez les enfants ? Polémique

Le régime vegan est-il, oui ou non, à proscrire chez les enfants ? Polémique
Le régime vegan est-il, oui ou non, à proscrire chez les enfants ? Polémique - © JACK GUEZ - AFP

Les régimes vegan peuvent-ils, oui ou non, être administrés à des bébés et enfants ? Il y a quelques mois, l’Académie royale de médecine disait que non ; aujourd’hui des médecins, notamment, lui répondent, l’accusant de "désinformation".

Dans un avis rendu en juin 2018 et rendu public en mai 2019, l’Académie royale de médecine affirmait, dans une réponse que le régime végétalien devait être exclu pour les enfants, femmes enceintes et allaitantes. "La commission estime que le régime végétalien (vegan, ndlr) est inadapté et donc non recommandé pour les enfants à naître, les enfants et les adolescents, de même que les femmes enceintes et allaitantes". "Ce concept d’alimentation où la supplémentation systématique et des contrôles sanguins obligatoires (accompagnement médical systématique par le généraliste et/ou le pédiatre) sont indispensables à l’exclusion de carences s’apparente non plus à une alimentation classique mais à une forme de 'traitement' qu’il n’est pas éthique d’imposer à des enfants", conclut-il.

Cet avis avait été rendu à la demande de Bernard Devos, délégué aux droits de l’enfant, alarmé par les situations difficiles (dont des décès) qui se multiplient dans les hôpitaux, les crèches ou les écoles. Il souhaitait notamment pouvoir motiver d’enlever la tutelle des enfants à des parents qui s’obstineraient dans ce traitement qui s’apparente à une maltraitance.

En juin 2019, suite à la polémique créée par son avis, l’Académie publie une mise au point et dit "déconseiller" le régime vegan. "Les régimes végétaliens nécessitent une information rigoureuse des futurs parents et un suivi précis ainsi que des suppléments adéquats pour éviter autant que faire se peut des carences, des déséquilibres, des problèmes notamment de croissance chez l’enfant". Elle se défend de vouloir mettre en cause les parents. "L’avis de l’ARMB a pour but d’informer la population de la nécessité d’un encadrement diététique soigneux et des risques encourus en l’absence d’un suivi. Son but n’est ni d’agresser ni de culpabiliser les parents, encore moins d’inciter à des poursuites judiciaires".

Désinformation

Aujourd’hui c’est donc un groupe d’une centaine de médecins, diététiciens, scientifiques qui écrivent à l’Académie royale, remettant en cause son avis. Selon eux, l’ARMB n’avance pas d’argument scientifique valable et cite des sources qui ne proscrivent pas l’alimentation végétale. "Pointer systématiquement du doigt une alimentation végétale pour laquelle, jusqu’à présent, nous n’avons aucune preuve de risque, mais au contraire de nombreux indices de bienfaits, correspond à de la désinformation", regrettent-ils.

Selon eux, un régime vegan bien mené n’est pas dangereux pour les enfants, femmes enceintes et allaitantes. "En cas d’alimentation végétalienne, il faut veiller à des apports suffisants, quotidiens et variés en fruits, légumes, céréales, légumineuses et oléagineux. […] Une alimentation exclusivement à base de plantes nécessite à tous les âges une supplémentation en vitamine B12 et en vitamine D (la supplémentation en vitamine D est également recommandée en cas d’alimentation omnivore)". Ils soulignent quand même que l’allaitement maternel est à privilégier jusqu’aux six mois du bébé.

"Aucune recommandation n’a été retrouvée conseillant un suivi régulier par prise de sang pour les enfants de croissance staturopondérale normale, suivant un régime végétarien ou végétalien", pointent-ils.

Incertitude

Via communiqué, l’Académie royale répond "qu’une incertitude scientifique prévaut dans l’évaluation des bénéfices/risques. Le manque d’études randomisées ne permet pas de conclure définitivement".

Et de noter que "l’avis de l’Académie royale de Médecine de Belgique francophone n’a pas pour but de présenter une revue systématique de la question. L’avis et le complément d’information sont basés sur la littérature scientifique et les observations de médecins en milieu hospitalier. Il répond à une question précise adaptée à la population belge francophone. L’Académie a tenu compte des incertitudes scientifiques et du principe de précaution, pour établir ses recommandations. Elle ne condamne pas et ne stigmatise pas. Elle souhaite que la population soit objectivement informée".

L’Académie rappelle enfin que si ce type de régime est choisi, il doit être bien suivi et supplémenté.

Journal télévisé 05/05/2019

Le régime vegan pour bébé ne fait pas consensus. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK