Le réchauffement climatique devrait modifier la couleur des océans d'ici la fin du siècle

Les changements de couleur de l'eau ne seront pas visibles à l’œil nu.
Les changements de couleur de l'eau ne seront pas visibles à l’œil nu. - © HO - AFP

Selon une étude de la Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiée le 4 février dernier, le changement climatique impacterait la couleur des océans d’ici la fin du 21e siècle. Un constat fait à partir d’une simulation gonflant de 3 °C les températures en 2100.

Selon les scientifiques, plus de 50% des eaux pourraient changer de couleur. Le phytoplancton, partie végétale du plancton responsable de la photosynthèse, serait à l’origine de ce futur changement de paysage.

Sylvie Gobert, professeur d’océanographie à l’ULiège, n’est pas étonnée pas les résultats de cette récente étude américaine. Elle explique que nous assistons actuellement à une modification des structures dans les populations de phytoplanctons ainsi qu’à une modification de leur quantité. Selon la présence plus ou moins nombreuse de ces organismes, l’eau apparaît d’une couleur différente. Une chercheuse au MIT précise toutefois que ce changement ne sera visible que par les satellites.


►►► A lire aussi : Le réchauffement des océans revu à la hausse


L’augmentation de la température des eaux, causée par le réchauffement climatique, modifie la distribution des courants. Sylvie Gobert met en lumière le phénomène d’upwelling désignant la remontée d’eau profonde à la surface. « L’eau profonde est plus froide que celle en surface. Sa remontée ramène les nutriments nécessaires (azote, phosphore…) à la photosynthèse des phytoplanctons. Cependant, lorsque la température augmente, cela empêche également la remontée de ces nutriments », explique l’océanographe.

Le réchauffement climatique pourrait impacter la population marine d’une façon autre. Un nombre changeant de phytoplanctons, représentant la base de la chaîne alimentaire des océans, impacterait le reste de la faune marine : zooplanctons et poissons.

Et la Mer du Nord ?

« Si la mer du Nord n’est pas bleue et limpide, c’est parce que c’est l’une des plus riches et elle contient beaucoup de phytoplanctons », détaille Sylvie Gobert. Le réchauffement climatique n’épargnera donc pas la couleur de notre mer nationale. Alors que les zones subtropicales l’eau deviendrait plus bleue en raison de la baisse d’individus, dans les autres zones l’eau devrait devenir plus verte-grise au fur et à mesure du temps à cause d’une hausse de ces organismes. La chlorophylle présente dans le phytoplancton n’absorbe, en effet, que des rayonnements dans le bleu pour effectuer le processus de photosynthèse et faiblement dans le vert.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK