Le rap tout en douceur de Code rouge qui demande la démission de Theo Francken

Code Rouge propose un clip en mode Karaoke.
Code Rouge propose un clip en mode Karaoke. - © CODE ROUGE

Theo Francken inspire les journalistes, les éditorialistes, les humoristes. Le secrétaire d'Etat N-VA à l'Asile et à la Migration inspire désormais les artistes. Le chanteur-rappeur molenbeekois Code Rouge (Najib) a décidé de composer un morceau "Théo, prends tes valises et casse-toi" demandant la démission du secrétaire d'Etat. Mais pas sur le ton de la hargne: le texte déclamé en guitare-voix est accompagné par une musique lente. Une balade aux tonalités reggae en fait.

Expulsion des Soudanais

Pour Code rouge, qui totalise plusieurs milliers de vues sur Youtube avec ses précédents morceaux, explique avoir réagi suite à la dernière polémique liée au Soudan. "L'élément déclencheur, c'est l'expulsion des Soudanais", raconte Code Rouge à la RTBF. "Sachant pertinemment que ces gens cherchait l'asile politique, les renvoyer c'était les renvoyer vers leur bourreau.  Après, Theo Francken a tellement de casseroles."

Des casseroles qui ont donc inspiré le rappeur qui n'y va malgré tout pas par quatre chemins dans le refrain: "Théo, prends tes valises et casse-toi, t'as déjà une note salée, t'as laissé quoi derrière toi ? A part la haine de tout ce qui te paraît un peu trop bronzé".

Dans cette chanson "composée en deux-trois jours" avec le guitariste Nicolas Délétroz, Code Rouge n'hésite pas à qualifier Theo Francken de raciste, SS ou encore collabo. "En regardant l'histoire, il en s'est pas dit "Plus jamais cela". Comme la pub Danette, il a opté pour "On remet ça"", ajoute l'artiste qui revient aussi sur la polémique de la plus-value des Marocains.

En fin de titre, Code Rouge adresse également un message à Jan Jambon (N-VA), ministre de l'Intérieur. "Si par chance, on arrive un jour à décoller vos fesses de ce gouvernement, sans vous offenser promis cette fois pour de vrai, Jambon, tu nous verras danser", chante-t-il en faisant allusion aux propos du ministre sur les musulmans qui auraient dansé après les attentats de Bruxelles

Cette fin de semaine, le gouvernement fédéral vit une crise sans précédent depuis les accusations de mensonges à l'endroit de Theo Francken suite au dossier soudanais. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK