Le rachat de Lampiris par Total, un mariage raté selon Les Amis de la Terre

Le rachat de Lampiris par Total, un mariage raté selon Les Amis de la Terre
Le rachat de Lampiris par Total, un mariage raté selon Les Amis de la Terre - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

L'association Les Amis de la Terre a mené lundi une action symbolique devant la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles afin de dénoncer le rachat du fournisseur d'énergie Lampiris par le groupe français Total, il y a tout juste un an. "La vraie solution d'avenir, ce sont les coopératives fournisseurs d'électricité verte, locale et citoyenne", clame l'association.

Des arguments pour attirer les clients

Sur les marches de la cathédrale, une poignée de militants se sont parés d'habits de noce et ont posé pour une "photo de mariage raté", symbolisant l'opération de rachat de l'opérateur Lampiris par un grand groupe international.

"Même s'il était critiquable, Lampiris a longtemps joué sur des arguments 'durable et local' pour attirer ses clients", pointe Benoit Coumont, membre des Amis de la Terre et présent lors de l'action, lundi. "Son rachat par une multinationale qui extrait du pétrole et use d'autres sources d'énergies polluantes est regrettable."

Dans le cadre de sa campagne annuelle "Fossil Free, on change de fournisseur!", les Amis de la Terre souhaitent mettre en avant les coopératives d'électricité qui permettent aux coopérateurs de participer aux décisions et de s'assurer ainsi que l'énergie qu'ils achètent est et reste respectueuse de l'environnement.

Dénoncer le greenwashing

L'association conseille notamment les coopératives Energie 2030 (en Wallonie et à Bruxelles) et Cociter (en Wallonie uniquement).

A quelques jours de la chaîne humaine entre Tihange et Aix-la-Chapelle qu'organise le 25 juin un collectif antinucléaire, "les Amis de la Terre estiment qu'il faut aussi agir sur les solutions, dénoncer le greenwashing des multinationales comme Total et appuyer les vraies alternatives soutenables portées par les citoyens".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK