Le procès des attentats du 22 mars se déroulera sur le site des anciens bâtiments de l'OTAN

Le 22 mars 2016, 32 personnes perdaient la vie lors des attentats de l’aéroport de Zaventem et du métro bruxellois. Si l’enquête s’est clôturée en juin, le procès aura lieu dans le courant de l’année 2020. Concernant le lieu, la piste du palais de justice Bruxellois avait été évoquée puis écartée, pour des raisons pratiques et opérationnelles. Un nouveau lieu a dû être trouvé et c’est le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V) qui a proposé le lieu retenu : ce procès très attendu et qu’on annonce d’ores et déjà historique se tiendra sur l’ancien site de l’OTAN. Il se muera provisoirement en bâtiment judiciaire pour l’occasion.

Au total, l’enquête sur les attentats aura duré trois ans et trois mois. Elle s’est clôturée en juin 2019. Nous sommes désormais en juillet et les juges d’instruction ont transmis leur dossier au procureur fédéral. Vient ensuite la phase de préparation pratique pour prévoir la tenue du procès. Une fois n’est pas coutume, l’habituel palais de justice de Bruxelles était trop petit pour accueillir cette série d’audiences. "Ce procès doit se dérouler dans les meilleures conditions possibles. Étant donné que ceci est impossible dans les bâtiments existants, un autre emplacement a dû être trouvé, en concertation avec l’ensemble des partenaires", indique le ministre CD&V dans un communiqué.

Le cabinet de Koen Geens s’est donc penché sur une liste d’autres endroits où la justice pourrait poser ses cartons le temps de ce procès. Il a été tenu compte de la disponibilité, de la flexibilité des espaces à aménager, des possibilités de sécurisation, de l’accessibilité, etc. Résultat : c’est l’ancien quartier général de l’OTAN qui a été retenu.

Pour l’instant, on sait que le début du procès est prévu pour 2020, sans autre précision. Le ministre de la Justice assure toutefois qu’une date plus précise sera communiquée dès l’automne."Nous mettons tout en œuvre afin de traduire en justice les auteurs de ces attentats effroyables. Les victimes méritent un procès qui puisse se dérouler le plus correctement possible", ajoute-t-il.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK