Le procès contre les combattants de Vilvorde et Machelen prend un faux départ

Le procès de quatre jeunes originaires de Vilvorde et Machelen suspectés de faits de terrorisme devait commencer mercredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles mais a une nouvelle fois été reporté. La défense de deux des prévenus a demandé mercredi un changement de langue, requête sur laquelle le tribunal se prononcera vendredi.

Les quatre prévenus font partie du groupe de jeunes de Vilvorde qui se sont radicalisés sous l'influence de Fouad Belkacem, l'ancienne figure de proue de Sharia4Belgium. En mars 2013, au moins trois d'entre eux, Mohammed Sadik Cherabi, Mohamed Aquichouh et Annas Koundi, se sont rendus en Syrie afin de ralier les rangs de l'Etat islamique au sein desquels ils ont rejoint d'autres jeunes venant de Vilvorde. Ils auraient également surveillé et torturé Jejoen Bontinck, lui-même déjà condamné pour faits de terrorisme, selon les déclarations de ce dernier.

Mohamed Sadik Cherabi aurait également fait usage d'un numéro de GSM lié aux frères Abdelmoumein et Yassine Lachiri, condamnés à 20 ans de prison pour faits de terrorisme à la fin du mois de juillet.

Mohamed Aaquichouh et Mohammed Sadik Cherabi sont rentrés en Belgique en mai 2013. Mohammed Sadik Cherabi est lui retourné en Syrie en octobre 2013 pendant quelques semaines. Le 22 octobre, les deux individus ont été arrêtés avec un troisième suspect, Zouheir Boussaada, car ils étaient suspectés de participation aux activités d'une organisation terroriste. Ce dernier n'a jamais été en Syrie et a été libéré entretemps.

La défense de Mohammed Sadik Cherabi et Zouheir Boussaada a demandé mercredi un changement de langue du procès et l'ajout des dossiers relatifs à Sharia4Belgium et au recruteur Khaled Zerkani, dans lequels des peines allant jusque 20 ans de prison ont été prononcées fin juillet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK