Le prix du test qui détecte le risque de trisomies chez le fœtus réduit de 100 euros

Le NIPT dépiste le risque de trisomie 13, 18 et 21 grâce à une prise de sang chez la mère
Le NIPT dépiste le risque de trisomie 13, 18 et 21 grâce à une prise de sang chez la mère - © JOHAN ORDONEZ - AFP

Les huit centres de génétique de référence ont décidé vendredi d'abaisser le prix du test prénatal non invasif (NIPT), qui détecte le risque de trisomies chez le fœtus, de 390 à 290 euros, indique lundi à Belga le professeur Karin Dahan, responsable du centre de génétique de l'Institut de pathologie et de génétique. La diminution est d'application depuis le 1er décembre, a-t-elle ajouté.

Le NIPT dépiste le risque de trisomie 13, 18 et 21 grâce à une prise de sang chez la mère, de l'ADN du fœtus y circulant librement. Effectuée à partir de la 11e semaine de grossesse, l'analyse de l'ADN permet de détecter si un nombre anormal de chromosome 21 par exemple est présent chez le fœtus. Si c'est le cas, un test diagnostic, comme une amniocentèse, devra être réalisé.

Aucun remboursement n'est appliqué, le coût de ce test est donc entièrement à la charge du patient. Les huit centres de génétique de référence, qui analysent les échantillons de sang, ont dès lors décidé de diminuer son prix pour rendre plus accessible cette nouvelle méthode de dépistage. Ceci en attendant un geste de la part du politique pour mettre en place un remboursement du NIPT.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK