Le premier procès contre Volkswagen s'ouvre en Allemagne

Le tout premier procès contre Volkswagen et sa gigantesque fraude au diesel s'ouvre ce lundi matin en Allemagne. Ce sont les actionnaires qui les premiers passent à l'offensive pour récupérer une partie au moins, des pertes provoquées par l'effondrement du titre de Volkswagen en bourse. Le premier procès mais sans doute pas le dernier.

"En Belgique, près de 400.000 véhicules Volkswagen roulent avec un moteur 'manipulé' pour tricher sur les émissions de gaz polluants !" L'annonce faite par le vice-Premier et ministre de l'Economie et des Consommateurs Kris Peeters fait l'effet d'une bombe. Au total, la marque allemande aura truqué 11 millions de moteurs diesel. Jamais jusqu’ici, on avait connu une fraude à une telle échelle.

Défaut d'information

Le premier procès de cette gigantesque tricherie s’ouvre ce lundi devant le tribunal de Brunswick en Allemagne où 3000 actionnaires attaquent le constructeur automobile pour manque d'information. Il faut dire qu'ils ont subi d'énormes pertes financières après la révélation du scandale. Le titre Volkswagen qui faisait référence à la bourse de Francfort s'est effondré, perdant 40% en à peine deux jours. Selon les actionnaires, la direction du groupe automobile aurait dû les informer de l’existence d’un logiciel frauduleux lorsqu’il a été mis en place en 2008 et de la découverte de la fraude en septembre 2015.

Les juges devront déterminer les responsabilités et la chronologie des faits pour découvrir qui, au sein de la direction, savait et pourquoi ces informations essentielles ont été cachées aux actionnaires.

Le premier d'une longue série ?

C’est le premier procès majeur en Allemagne contre Volkswagen, où seules ont abouti jusqu’ici des plaintes individuelles. Deux hauts responsables du groupe ont été condamnés à de la prison ferme. Volkswagen a déjà déboursé près de 27 milliards d’euros pour indemniser des clients et les autorités aux États-Unis. Les 3000 plaignants réclament aujourd’hui 9,5 milliards d’euros.  
Pour sa défense,
Volkswagen a précisé que la fraude avait été menée par une poignée d’ingénieurs à son insu et la direction n’avait pas mesuré l’ampleur du problème. Un procès que fera date et qui sera sans nul doute très suivi chez nous par tous les propriétaires de Volkswagen qui vont lui réclamer des indemnités.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK