Le plus grand centre d'intervention sanitaire de Belgique fonctionne avec 80% de bénévolat

L’aide médicale urgente, chez nous, c’est surtout l’affaire des pompiers. Mais il y a aussi des organisations privées comme l’ACS (Amicale des corps de Sauvetage) à La Hulpe. Ce service de secours vient de fêter ses 50 ans.

Premiers arrivés à la station de Maelbeek lors des attentats de Bruxelles en 2016 ou premier hélicoptère médicalisé Royaume, le centre de secours est devenu un maillon indispensable dans la chaîne des secours à travers toute la Wallonie et à Bruxelles. Et le plus gros centre d’intervention sanitaire de Belgique qui compte 24 ambulances a une particularité : tous ses membres font du bénévolat.

Un fonctionnement basé à 80% sur ce bénévolat à tous les postes et à tous les étages. Certains à temps plein, des retraités par exemple et d’autres en plus de leurs heures. 25 professionnels qui prestent bénévolement un week-end par mois supplémentaire et plus de 200 bénévoles qui offrent un peu de leur temps.

Manque de subsides

Peu subsidié par l’Etat fédéral, pour le centre de secours le bénévolat est une question de survie. Mais pas uniquement, depuis le début de l’aventure il y a 50 ans, les événements organisés, les bals, les dons, le mécénat mais aussi le soutien progressif des communes a permis à ce centre de secours, unique en Belgique, de devenir une référence.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK