Le plastique entre dans notre chaîne alimentaire

Ce jeune rorqual retrouvé échoué à Nieuport a été tué par le plastique
2 images
Ce jeune rorqual retrouvé échoué à Nieuport a été tué par le plastique - © RTBF

60 ans après leur invention, les plastiques sont partout dans notre environnement. Des déchets d'emballage, de l'industrie du cosmétique et des vêtements que les marées d'équinoxe renvoient sur nos plages en quantités incroyables. Jusqu'à être assimilés par la faune marine.

Il y a les déchets visibles, mais aussi les microparticules de plastiques invisibles qui sont aujourd'hui présentes dans notre alimentation.

"Avec la mer du nord comme dernier terrain vague", chantait Brel. La Grande Bleue n'est pas encore un terrain d'immondices mais avec pas moins de 100kg de plastiques par kilomètre de plage, nous n'en sommes pas loin. Pas étonnant que les animaux marins en paient les conséquences, comme l’explique le biologiste Francis Kerkhofs: "Quelques mammifères mais aussi les oiseaux mangent ce plastique. Ils pensent que c'est de la nourriture et ce n'est naturellement pas bon".

Un rorqual tué par le plastique

Un exemple est ce jeune rorqual retrouvé échoué il y a deux mois sur la plage de Nieuport. Les biologistes croyaient cette petite baleine morte d'épuisement, mais l'autopsie a révélé tout autre chose: "Les plastiques vont obstruer l’estomac, il n’y a plus aucun flux alimentaire possible à cet endroit-là. C’est un véritable bouchon qui bloque le passage. L’animal commence donc à maigrir et, ensuite, les fuites de liquides atteignent les différents organes, dont les poumons", explique Thierry Jauniaux, vétérinaire spécialisé.

Microplastique à l’essence et au  diesel

Le plastique tue mais il ne fait pas que cela. Après quelques années dans l'eau, il ressemble à des petites pastilles dont le laboratoire scientifique Ilvo (Institut de recherche sur la pêche) a analysé le contenu. "Ce que nous remarquons en ce qui concerne les microplastiques sur la plage, remarque Lisa Devriese, c'est que nous avons de grosses concentrations d'hydrocarbures. Quelques microplastiques montrent un profil diesel et d'autres d'essence. Il y a vraiment énormément d'hydrocarbures différents".

PCB et dioxine à profusion

A côté des hydrocarbures, les microplastiques attirent d'autres polluants présents dans l'eau comme les PCB et la dioxine. Des polluants 5 à 7 fois plus concentrés autour du plastique que partout ailleurs en mer. Les microplastiques et leurs polluants sont bien présents dans l'eau mais sont-ils assimilés par de petits organismes vivants comme les crevettes ou les moules?

Colin Janssen, Directeur du laboratoire de toxicologie de l'environnement à l'Université de Gand a réalisé un étude qui démontre que les microplastiques ne sont pas dans les intestins mais dans la chair de la moule. " -Et une fois que ces microplastiques sont dans la chair, ça ne revient plus dans les intestins. Nous cherchons encore d'autres preuves, mais nous craignons que les moules que nous consommons contiennent de basses concentrations de plastique."

La coupe transversale d'une moule montre des petits points fluo qui ne sont autres que des microparticules de plastique prisonniers de sa chair. Pas de quoi alarmer les mangeurs de moules car elle ne présente pas encore un risque pour leur santé. Reste que le plastique a désormais intégré notre chaîne alimentaire, 60 ans seulement après son invention.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK