Le pet-sitting est à la mode

Le pet-sitting est à la mode
Le pet-sitting est à la mode - © RTBF

Tout le monde connait le principe du baby-sitting mais sans doute moins celui de sa déclinaison très en vogue : le pet-sitting. Cette formule qui consiste à faire garder voire même chouchouter les animaux de compagnie contre paiement, remporte un succès croissant.

La formule est particulièrement utilisée par des vacanciers, des travailleurs ou encore des personnes invalides. Moyennant paiement il est désormais facile de faire balader son chien ou de faire nourrir son chat à domicile. Ces services sont de plus en plus offerts par des sociétés qui se spécialisent dans le domaine.

Karina Koche travaille pour la société Okazoo. Sa journée de travail débute par une petite visite à Cyclope le chat, dont la maîtresse est partie en vacances.  Celle-ci a décidé d’opter pour le pet-sitting afin d’assurer un confort optimal à son animal favori durant son absence.

En Belgique, la formule séduit de plus en plus et les clients viennent de tous les horizons. "Il peut s’agir d’hommes d’affaires, de personnes en week-end, d’autres qui sont hospitalisées ou encore de vacanciers", explique Karina.

Accompagnement individuel ou en groupe

Nous accompagnons Karina et Sébastien lors de leur promenade de la meute. La balade en forêt est le must du pet-sitting. Une trentaine de chiens y sont emmenés chaque jour et pour un confort maximal, la maison ne recule devant aucun sacrifice : tout est possible, même le transport en poussette ou encore le petit manteau doré pour que le chien garde ses petites habitudes et ne prenne pas froid.

Un luxe qui a un coût

"Il faut compter une dizaine d’euros par heure de prise en charge, TVA comprise", explique Sébastien Thibaut de Maizières de la société Okazoo.

D’autres concepts

Face à la demande, des projets similaires se sont multipliés. Georges Lecocq vient de  lancer un site spécialisé dont le principe est de mettre en contact des vacanciers avec des retraités disponibles, le tout avec la garantie d’un haut degré de sécurité. "Les personnes qui gèrent le site vérifient si les éléments de l’annonce sont bien exacts, comme l’existence d’un jardin clôturé par exemple. Nous vérifions également que les personnes qui offrent le service sont bien pensionnées,etc…", explique Georges.

Les possibilités sont multiples pour contribuer au bien-être animal. Rappelons qu’en  Belgique, plus de 15 000 chiens et chats sont abandonnés chaque année.

I.L. avec Thomas Rorive

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK