Le Pen en direct, impossible à la télé belge: comment marche le "cordon sanitaire"?

Elle a pu dérouler son discours pendant de longues minutes mercredi soir sur les télévisions françaises: Marine Le Pen, présidente du Front National, a disposé du même temps d’antenne et dans les mêmes conditions que son rival dans la course à l’Élysée, Emmanuel Macron. Un parti d’extrême droite en direct sur vos petits écrans, normal en France, impensable aujourd’hui en Belgique francophone, la RTBF applique en effet le "cordon sanitaire".

Alors que signifie ce cordon sanitaire? Quelles sont les règles déontologiques dans les médias francophones belges, dans les organes de presse? François Heureux a reçu Muriel Hanot, la secrétaire générale du Conseil de déontologie journalistique (CDJ) dans Jour Première ce jeudi matin.

Quelles sont les règles chez nous en ce qui concerne les partis d’extrême droite, si tant est qu’il y en ait des règles?

Muriel Hanot: "Il y a des règles déontologiques en matière de campagne électorale, effectivement il en existe. En tout cas, le CDJ a remis un avis sur ces questions et effectivement l’accès en direct à l’antenne pour les partis qui sont liberticides, antidémocratiques, les journalistes et les médias d’information sont invités à ne pas le donner. Ça ne signifie pas, contrairement à ce qu’on pense, qu’on interdit l’expression de ces partis. C’est l’accès direct qui n’est pas permis. Et donc tout travail journalistique qui donne une information sur ces partis, qui les met en perspective, des interviews qui sont non pas en direct, mais enregistrées, tous ces éléments-là sont possibles".

Voilà pour ce qui est de l’audiovisuel. Est-ce que pour la presse écrite et pour le web, comment est-ce que ces règles se traduisent pour ces médias-là ?

Muriel Hanot: "La recommandation est la même. Alors pourquoi ? Parce qu’en fait, à l’origine, quand démarre cette pratique, cette précaution, c’est de l’audiovisuel que ça démarre. Pourquoi ? Parce qu’en audiovisuel, le direct ne permet pas de contextualiser, ne permet pas de contester rapidement. On l’a vu hier, c’est extrêmement compliqué, et donc c’est de l’audiovisuel qu’est née cette règle. Par contre, la tribune directe, le fait de laisser la parole, effectivement c’est peut-être plus facile en presse écrite de la maîtriser. Néanmoins, la règle déontologique rappelle qu’effectivement on ne va pas laisser une tribune libre dans un média, d'autant qu'aujourd'hui, comme la presse écrite et Internet permettent la diffusion de la vidéo, on retrouve les mêmes problèmes déclinés dans les autres supports. Donc la règle est valable pour tout support".


Vous parlez de parti "liberticide". Qui décide qu’un parti est liberticide et qu’un autre ne l’est pas?

Le CSA, qui pourrait, lui, par contre infliger une sanction

Muriel Hanot: "La règle dit bien qu’elle s’applique aux partis qui sont identifiés comme liberticides et antidémocrates".

Et qui identifie les partis comme tels?

Muriel Hanot: "Des décisions de justice, des analyses de programme ou de position de représentants de parti, donc des choses qui sont publiques, connues. Et le CDJ recommande que lorsqu’un média doute sur la qualification de ces partis, il se tourne vers une instance, une institution qui travaille sur ces questions".

Pour parler très précisément, le Parti populaire de Mischaël Modrikamen, qui soutient aujourd’hui ouvertement Marine Le Pen et le Front National, est-ce qu’il est considéré aujourd’hui en Belgique francophone comme parti "liberticide"?

Muriel Hanot: "Alors, à ce stade-ci, je ne pense pas qu’il ait été condamné, je ne pense pas que des éléments programmatiques posent problème de manière systématique. Néanmoins, si ça devait être le cas, je pense à ce moment-là qu’il faudrait effectivement empêcher l’accès".

Donc, aujourd’hui, on peut encore l’inviter en direct?

Muriel Hanot: "Je n’ai pas été jusqu’au fond des choses, je n’ai pas été analyser les choses, je pense que le service juridique de la RTBF travaille à fond sur ces questions. À ma connaissance non, mais maintenant je n’ai pas une connaissance précise de ces questions-là. Mais, très clairement, c’est lorsqu’ils sont identifiés comme liberticides, comme antidémocratiques qu’on leur interdit. Maintenant, dans les précautions d’usage, la règle précise effectivement qu’il peut arriver que, dans le cadre de l’expression habituelle, il y ait un dérapage qui soit occasionnel. Mais ça, cette règle-là ne vaut pas pour ces questions-là, elle vaut pour les partis qui, de manière manifeste, sont antidémocratiques, négationnistes et qui sont contraires aux lois".

Si demain un média belge invite par exemple Marine Le Pen en direct, est-ce qu’il y a des sanctions qui existent ou bien ce n’est qu’un avis et finalement les journalistes sont libres de faire ce qu’ils veulent ?

Muriel Hanot: "Sur le plan déontologique, si le CDJ reçoit une plainte et qu’il remet un avis et que la plainte est déclarée fondée, la sanction sera symbolique puisqu’il y aura publication de l’avis et diffusion de manière publique de cette décision. Mais sur le plan audiovisuel, il faut savoir qu’il y a des règles légales, des règles en matière d’audiovisuel qui sont spécifiques, qui interdisent l’incitation à la discrimination et au racisme. Et donc là, ça relèverait du CSA, qui pourrait, lui, par contre infliger une sanction".

Donc, pour résumer, vous n’êtes pas favorable à la remise en question ce cordon sanitaire ?

Muriel Hanot: "Non, ce n’est pas à l’ordre du jour. Et pourquoi ? Parce que c’est une question de responsabilité sociale des journalistes. Un média d’information, ce n’est pas un tuyau par lequel on fait passer tout et n’importe quoi. Un média d’information donne une information qui est vérifiée, recoupée, travaillée et qui, selon le code de déontologie dans son article 28, ne peut pas inciter, même indirectement, au racisme et à la xénophobie".

Le cordon sanitaire n'a pas que des partisans parmi les adversaires de l'extrême droite

Voilà pour les règles et les recommandations en vigueur, mais certains remettent ce cordon sanitaire en question. C’est le cas de Manuel Abramowicz, journaliste qui coordonne le site RésistanceS.be, qui se veut un observatoire des mouvements d’extrême droite. 

Et pourtant, le cordon sanitaire, il le remet en cause.

Manuel Abramowicz: "RésistanceS, au mois de mai, ça fait 20 ans qu’on existe, donc ça fait 20 ans qu’on résiste par l’information, par le journalisme d’investigation, mais on fait un constat. Certains d’entre nous sont effectivement des militants de gauche, mais RésistanceS a été cofondé par un président des jeunesses libérales, donc on est pluraliste. Le combat contre l’extrême droite est un combat pluriel. Par rapport aux tactiques qu’on remarque en Flandre et en France, sur les chaînes d’infos, privées ou publiques, c’est le tout à l’extrême droite avec un traitement très bon, avec des très bonnes émissions effectivement, mais on présente l’extrême droite comme des partis comme les autres".

Et l’extrême droite, d’ailleurs, fait des scores assez honorables, plus qu’honorables même.

Manuel Abramowicz: "Du côté francophone, il y a le cordon sanitaire médiatique. On remarque aujourd’hui que l’extrême droite n’existe quasi plus, mais ce n’est pas grâce au cordon médiatique, je crois que c’est grâce à toute une série de choses, notamment à l’action de syndicalistes, d’associatifs qui sont sur le terrain, d’hommes et de femmes politiques".

Donc ce n’est pas grâce au cordon sanitaire que l’extrême droite francophone est moribonde aujourd’hui?

Manuel Abramowicz: "Ce n’est pas que grâce au cordon sanitaire si l’extrême droite est moribonde, c’est à cause de l’extrême droite. Nous avons l’extrême droite la plus idiote du monde, nous avons une extrême droite qui est constituée de bons à rien et de mauvais en tout. Quand ils ont eu des scores importants, ils n’ont pas été capables de créer un véritable parti dans les années 1990. Donc voilà, ça c’est une chose. Alors, moi je pense que tenir un discours en disant "ils mentent, donc on ne les invite pas en direct", je pense que ce ne sont pas les seuls qui mentent. Par exemple si on demande à un socialiste s’il est socialiste et s’il développe une politique socialiste, le journaliste devrait vérifier, ce n’est pas une politique socialiste, c’est une politique sociale-démocrate libérale, donc il n’y a pas de vérification par rapport à un mandataire socialiste".

Mais donc, pour vous, les partis d’extrême droite ont droit à une tribune, au même temps d’antenne et aux mêmes conditions d’antenne que les autres partis?

Manuel Abramowicz: "Pas au même temps d’antenne par rapport à ce qu’ils représentent, mais je pense que permettre à des gens de se présenter aux élections, c’est une très bonne chose. Il y a des règles très dures, c’est de plus en plus dur de se présenter aux élections quand on est un petit parti. Et puis tout d’un coup on va dire 'voilà, vous pouvez vous présenter, mais pas passer à la télé. Donc vous êtes quand même différent des autres'. C’est vrai qu’ils sont différents des autres, mais je pense que les autres il y a aussi du mensonge. Il y a toute une série de sites, Madame Simonis de l’AJP était interviewée hier ou avant-hier dans Le Soir sur les fausses informations, il y a plein de fausses informations qui circulent, y compris dans des partis traditionnels qui, effectivement, par rapport à leur bilan politique… Si vous prenez les chiffres du chômage, ce ne sont pas les mêmes que ceux des syndicats par exemple, et donc effectivement il y a des erreurs qui sont commises et qui ne sont pas toujours corrigées par les journalistes quand il s’agit des partis traditionnels".

La N-VA a des liens avec des organisations d’extrême droite et néo nazies, et pourtant ils sont au gouvernement et invités sur les plateaux

Mais si on leur donne une place dans les débats en direct, comme vous le préconisez, est-ce qu’il n’y a quand même pas un risque de voir un jour arriver un super porte-parole de l’extrême droite, un Raoul Hedebouw façon extrême droite, qui pourrait séduire une partie du public?

Manuel Abramowicz: "C’est ça la démocratie, hélas. De quoi est nourrie l’extrême droite? Comment l’extrême droite apparaît ? Des crises des autres. C’est la crise qui favorise l’extrême droite. Moi je pense que pour combattre l’extrême droite, ce n’est pas de l’interdire, mais ça serait plutôt de résoudre les problèmes qui favorisent l’extrême droite".

Muriel Hanot, est-ce que vous êtes d’accord avec les arguments de Manuel Abramowicz ?
 
Muriel Hanot: "Les arguments, je peux les entendre, je peux les comprendre. La question c’est que d’une part, ce n’est pas une interdiction d’accès puisque ça relève de l’information de traiter des questions qui touchent à l’extrême droite et au parti d’extrême droite, ça relève de l’information d’évoquer les idées qu’ils portent, leur naissance, leur évolution, leurs propos aussi, ça peut être d’intérêt pour le public et pour le débat public et les médias en parlent en ce compris audiovisuel.

Ce qui n’est pas permis ou sollicité, c’est le fait de les inviter à la prise de parole en direct.

Et Monsieur Abramowicz évoquait la question du mensonge, mais ce n’est pas la question du mensonge qui est derrière cela, c’est le fait que ces partis, ces opinions sont hors-la-loi, et si elles sont hors-la-loi, la responsabilité sociale du journaliste est de ne pas faciliter leur propagation. Il y a d’autres modes d’expression qui existent, mais en médias d’information, il y a une responsabilité sociale".

Manuel Abramowicz, pour conclure, on sent qu’il n’y a quand même pas beaucoup de monde qui vous suit sur le cordon sanitaire…

Manuel Abramowicz: "Bien sûr. Alors, premièrement, à RésistanceS, tout résistant ne partage pas cette opinion, donc on a un débat interne et certains préconisent ce qui vient d’être dit pour le Conseil de déontologie, l’AJP, etc., et se souscrit à ce que l’AJP dit et les autres. Moi je pense qu’effectivement s’ils sont hors-la-loi, il suffit de les interdire. Si demain vous avez un parti qui prône la pédophilie, il ne pourrait pas se présenter aux élections. Donc les partis aujourd’hui, je suis un spécialiste de l’extrême droite depuis 20 ans à RésistanceS, depuis 30 ans avant ça, j’étais dans une autre revue antifasciste, je peux vous dire qu’aujourd’hui leurs programmes c’est des programmes démocratiques. Ce qu’on peut lire, c’est des programmes démocratiques. Alors, nous à RésistanceS, ce qu’on fait, c’est qu’on regarde ce qui est en dessous de l’iceberg. Effectivement, on voit des liens, mais on peut les voir avec la N-VA, la N-VA étant invitée sur antenne. Ils ont des liens avec des organisations d’extrême droite et néo nazies, et pourtant ils sont au gouvernement et invités sur les plateaux télé".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK