Le patron de Ryanair à Bruxelles: nouvelles routes et crise des pilotes

Michael O’Leary était à Bruxelles ce matin. Le patron de Ryanair a annoncé trois nouvelles destinations depuis la Belgique. Amman et Marrakech depuis Zaventem et Malte depuis Charleroi. Une façon, pour Michael O'Leary, de montrer que sa compagnie se porte bien. Malgré la crise des pilotes, les milliers de vols annulés l'année dernière et malgré l'appel à sa démission lancée par un groupe de pilotes (European Employee Representative Council – EERC). Quand on l’interroge sur cette demande, il répond : "Personne ne le demande, sauf des organisations non reconnues. Vous ne devriez pas leur faire confiance."

Exode de pilotes, augmentation salariale

Ces derniers mois de nombreux pilotes expérimentés ont quitté la compagnie. Le secteur de l'aviation engage à tour de bras. Notamment les compagnies du Moyen-Orient et de Chine avec des salaires beaucoup plus élevés que la compagnie low-cost. Michaël O’Leary rebondit : "Ce qui est inhabituel, ce sont les départs de nos pilotes expérimentés, tout le monde veut en embaucher. Par contre, un grand nombre de copilotes arrivent dans nos centres de formations". Le patron de Ryanair explique même avoir engagé environ 1000 jeunes pilotes l’année dernière. Pour limiter l'exode de ceux-ci avec de l’expérience, Ryanair a annoncé une augmentation salariale de 20%.

Reconnaissance des syndicats, risque de turbulences dans les prochains mois

Par ailleurs, la compagnie a débuté fin 2017 un processus de reconnaissance des syndicats de pilotes à travers l'Europe. "Les négociations avec les syndicats continuent. On a conclu des accords à certains endroits, c’est le cas avec un syndicat au Royaume-Uni. On est proche d’un accord en Espagne et en Italie, on espère qu’il sera finalisé dans les prochains mois. On ne fait pas beaucoup de progrès dans d’autres pays." Michael O’Leary le reconnait, faute d’accord dans certains pays, il y a un risque de perturbations des vols pour les vacances de Pâques ou d’été.

Pour ce qui est du cas précis de la Belgique, le CEO de Ryanair explique : "Les pilotes à Charleroi et Zaventem doivent se prononcer sur l’augmentation salariale de 20% cette semaine. On poursuit les discussions avec la Belgian Cockpit Association (BeCa) mais celles-ci patinent car le syndicat insiste pour qu’on délivre des contrats belges mais en tant que compagnie irlandaise on continuera à travailler avec des contrats irlandais."

Actions de consommateurs contre Ryanair

Quant aux procès entre des associations de consommateurs et Ryanair suite à l'annulation massive de vols l'année dernière, le patron de la compagnie ne lâchera rien : "On ne répondra pas à des réclamations d'organisations d'avocats "chasseuses de victimes". Si le consommateur introduit directement une plainte chez nous, on réglera cela avec lui. Mais pas avec une tierce partie qui prend 30 à 50% de commission sur le remboursement du consommateur."

Malgré les tensions sociales vécues dans l'entreprise, Ryanair tient le cap. La compagnie a transporté 130 millions de voyageurs l’année dernière, un record. En Belgique, grâce notamment au développement de nouvelles routes, elle espère atteindre 6,1 millions de passagers à Charleroi et 2,2 millions de passagers à Zaventem cette année. Michael O’Leary y croit, dans un an, sa compagnie sera la première en Belgique, dépassant l’actuelle numéro 1 : Brussels Airlines.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK