Le patron de Mini-Europe a-t-il dupé le Brabant wallon?

La patron de Mini-Europe et d’Océade, Thierry Meeus.
La patron de Mini-Europe et d’Océade, Thierry Meeus. - © Belga

Le Brabant wallon prépare, depuis des mois, le projet d’accueillir Mini-Europe à proximité du site de la bataille de Waterloo. Il y a 15 jours, l'IBW et le bourgmestre de Braine-l'Alleud ont rencontré Thierry Meeus, le patron de Mini-Europe. Une proposition concrète de rachat est faite. Les Brabançons y croient. Mais ce mardi matin, grosse surprise, lors d'une conférence de presse, Thierry Meeus annonce la fermeture pure et simple du parc avec peut-être une délocalisation au...Monténégro.

Fermer Mini-Europe et enclencher la procédure de licenciement collectif, les propos de Thierry Meeus ont surpris dans le Brabant Wallon. Contacté par nos soins, le bourgmestre de Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau tombait des nues, ce mardi après-midi :

« Je suis assez abasourdi par ses considérations. Il ne tient pas compte des mois de négociations avec des chiffres qui ont été avancés sur la table, qui ont été cautionnés par l’Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) et les plus hautes instances du Brabant wallon. Je pense que monsieur Meeus tente de négocier au mieux sa sortie et ce genre de gesticulations s’apparente, à mon sens, à une tentative d’augmenter la pression. »

Même étonnement teinté d’agacement du côté du directeur général de l’IBW, Baudouin le Hardy de Beaulieu. Il avait, depuis des mois, l’impression que Mini-Europe à Braine-l’Allleud était la bonne piste pour maintenir l’activité en Belgique mais aussi l’emploi. Il faut dire que Mini-Europe draine 360 000 visiteurs par an.

« L’administrateur général de Mini-Europe, Thierry Meeus, nous a expliqué pendant toute la durée des négociations qu’il était très important de pérenniser l’emploi de ces deux structures : Océade et Mini-Europe. Il nous était impossible de déménager Océade. Pour Mini-Europe nous garantissions de maintenir l’emploi. Visiblement, c’est un élément qui n’a pas d’importance à ses yeux. Il semblerait qu’il ait choisi une autre solution pour, peut-être, exporter son activité ailleurs, ce qui veut dire que l’emploi pour la Belgique est perdu. »

Le patron de l’IBW a le sentiment d’avoir été instrumentalisé. Pour lui, les négociations n’ont servi, en fait, qu’à faire monter les enchères. Cependant, il y croit encore : « Si monsieur Meeus voulait revenir à de meilleurs sentiments, nous serions prêts à nous installer autour de la table. La proposition que nous lui avons faite, c’est un premier pas. S’il y avait matière à négocier, on pouvait encore négocier. Pour faire une opération de ce type, il faut un acheteur et un vendeur. L’acheteur est là, le vendeur, lui, il est parti ».

Et bien parti, puisqu’il n’a pas répondu à leurs appels téléphoniques et n’a donné aucune explication. Dans l’état actuel des choses, les parcs Mini-Europe et Océade fermeront définitivement leurs portes le 31 août prochain et pourraient être délocalisés au Monténégro. Pour rappel ce pays ne fait pas partie des 27 pays de L'UE. Il est simplement candidat au même titre que la Turquie. Délocaliser Mini-Europe hors Europe...à voir.

Colette Jaspers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK