Interdiction des arômes dans le tabac: le lobbying a été intense

L'aboutissement d'un long combat entre les lobbyistes et les militants anti-tabac
L'aboutissement d'un long combat entre les lobbyistes et les militants anti-tabac - © ATTILA KISBENEDEK - BELGAIMAGE

Les partisans de la lutte contre le tabac viennent de remporter une victoire. Le Parlement européen a adopté mercredi une directive qui impose des avertissements liés au danger du tabac sur 65% de la surface des paquets. Et tous les arômes que l'on ajoute au tabac seront interdits.

C'est l'aboutissement d'un long combat et d'un bras de fer entre les lobbyistes des producteurs de tabac d’une part, et des députés et militants de la lutte contre le tabagisme de l’autre.

Luk Joossens, spécialiste tabac au sein de la fondation contre le cancer était à Strasbourg mercredi au Parlement européen. Et il parle clairement de victoire: "Cette législation va s’appliquer dans les 28 pays de l’Union européenne et si l'on veut changer quoi que ce soit en Belgique, il faut s’en référer à une directive. Désormais on pourra changer les messages sur les paquets de cigarettes et disposer d'espaces plus grands."

Les lobbies gagnent des points et du temps

Mais la victoire n’est pas totale et le lobbying a été intense du côté des producteurs de tabac qui ont obtenu un peu de répit, notamment sur les cigarettes mentholées. Elles seront interdites mais pas tout de suite. C’est effectivement une victoire des lobbyistes, reconnaît Luk Joossens qui regrette que la mesure ne s’appliquera qu’en 2020. "Ces cigarettes ne sont actuellement interdites qu’au Brésil. Dans 6 ans ce sera interdit dans 28 pays et je pense que pas mal d’autres nations suivront. En revanche, nous avons perdu sur les cigarettes ultra-fines qu’il était prévu d’interdire aussi, mais nous ne l’avons pas obtenu."

La directive s'est aussi penchée sur l'e-cigarette qui doit être considérée, soit comme médicament, soit comme produit dérivé du tabac. Ici, les Etats auront donc le choix. Si l’e-cigarette est considérée comme du tabac, elle sera soumise aux mêmes règles.

En France, la consommation de tabac a fortement reculé, notamment grâce à cette cigarette électronique, mais ce ne serait pas le cas en Belgique, explique Luk Joossens: "L’effet n’est pas le même parce que l’ampleur des ventes de cigarettes en France est cinq fois plus importante que chez nous. En France on croise des magasins de cigarettes électroniques partout. En Belgique la cigarette électronique avec nicotine est déjà interdite, et les ventes sont donc réduites."

Selon le militant antitabac les jeunes ne fument pas de plus en plus, mais les actions publiques sont insuffisantes: "Peu d’actions sont menées contre le tabac en Belgique. Depuis 2005 il n’y a plus eu aucune mesure législative dans ce sens comme l’interdiction de publicité sur les lieux de vente ou le placement de photos dissuasives et du numéro de Tabac-stop sur les paquets de tabac à rouler. Cela avait été promis, mais on ne l’a pas fait."

Il y a 700 000 décès par an dans l'Union européenne.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK