Le pari fou d'Andy Costa: démocratiser le vélo en Côte d'Ivoire

Le cycliste a aussi lancé une émission "plaidoyer" sur la RTI, la télévision nationale ivoirienne.
3 images
Le cycliste a aussi lancé une émission "plaidoyer" sur la RTI, la télévision nationale ivoirienne. - © Amandine Réaux

A 40 ans, l’ambassadeur autoproclamé du vélo multiplie les initiatives pour donner le goût du pédalage aux Ivoiriens. Un rêve qui prend doucement forme avec la mise en place de vélibs dans quelques mois.

Son premier biclou, Andy Costa s’en souvient très bien. "On avait un vélo pour tout le quartier, on se le partageait sans se bagarrer. Puis j’ai eu le mien à 9 ou 10 ans pour Noël, ça permet de créer en toi un certain leadership parce que c’est toi qui contrôles : ‘C’est à ton tour, non c’est pas à ton tour’ ".

Mais il faudra attendre un quart de siècle pour qu’Andy Costa fasse de sa passion un métier en créant son ONG My Dream for Africa. Ce qui avait tout d’incongru à Abidjan, immense capitale économique de 6 millions d’habitants, où la petite reine n’a pas naturellement sa place : 500 000 voitures en circulation, voies rapides, échangeurs… "Le vélo n’est pas dans la culture des Ivoiriens, comme au Burkina Faso, il est identifié à un cadeau de Noël et c’est tout", constate Andy Costa.

Interviews à vélo

Aidé par ses dix années d’expérience dans le marketing opérationnel, l’entrepreneur amorce alors une nouvelle stratégie : un "personal branding" revendiqué. Andy Costa est une publicité ambulante. Casque vert fluo vissé sur la tête lors d’événements comme pendant toute la durée de notre entretien, le quarantenaire enchaîne les dictons bien préparés. A ceux qui le traitent de fou, il répond : "Ne regardez pas le vélo, mais regardez la destination du vélo" ; ou encore : "Tous ceux qui ont révolutionné le monde étaient des fous, il va falloir que ça commence par quelqu’un".

Celui qui est intervenu à la COP 23, à Bonn, l’an passé s’est lancé dans un "plaidoyer politique". Dans une série de vidéos diffusées sur la RTI, la télévision nationale ivoirienne, Andy Costa fait intervenir une trentaine de personnalités pour parler du changement climatique… mais sur un vélo. Le footballeur Didier Drogba et le groupe Magic System - ses amis - font partie des invités de marque car "ce sont eux les vrais leaders de la jeunesse, pas les politiques".

En participant à l’émission, chaque personnalité s’engage à sponsoriser l’achat de vélos, livrés en 2019, pour des jeunes filles en zone rurale. Car "l’abandon en milieu scolaire est lié à la distance entre la maison et l’école", explique Andy Costa.

Mille et un projets

L’an prochain, de nombreuses initiatives lancées par le cycliste le plus célèbre d’Abidjan devraient voir le jour. Tout d’abord, l’installation à l’université Félix Houphouët Boigny de stations de vélos en libre service pour circuler au sein du campus. Un projet financé en partie par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) et qui parie sur l’avenir : "Les 50 000 étudiants, ce sont eux, les futurs leaders du climat", veut croire Andy Costa.

Le Plateau, le quartier des affaires, va lui aussi se doter de bornes en 2019, les "Abidjan bikes". Des livraisons de colis à vélo sont également annoncées, créant 50 emplois en partenariat avec La Poste.

En attendant la mise en place de pistes cyclables, discutée en conseil des ministres, Andy Costa conseille aux Ivoiriens de pédaler pour lutter notamment contre les maladies cardio-vasculaires. Mais principalement pour des petits trajets dans leur quartier car les grands axes sont encore trop dangereux.

Une multitude de projets qui fait retrouver à Andy Costa le leadership engagé dès son enfance. Avec l’objectif qu’Abidjan devienne "la première ville cyclable et la capitale de l’écologie en Afrique… parce que ce qui marche à Abidjan marche ailleurs !"

Archive : JT 04/05/2012

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK