Le paludisme tue encore un enfant par minute dans le monde

Le paludisme tue encore un enfant par minute dans le monde
Le paludisme tue encore un enfant par minute dans le monde - © MAURICIO FERRETTI - BELGAIMAGE

Ce 25 avril, c'est la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Une maladie qui se transmet par plusieurs espèces de moustiques. Aujourd'hui encore, près de 600000 personnes en meurent, en Asie du Sud-Est, mais surtout en Afrique. La plupart des victimes sont des enfants de moins de 5 ans.

Le paludisme tue encore un enfant par minute dans le monde. Un décompte qui fait froid dans le dos. Pourtant, les progrès réalisés pour combattre la maladie sont importants. "On observe une diminution par rapport à l'an 2000 de 30% d'incidence et de plus de 50% de mortalité Ce qui démontre que les efforts réalisés au cours des dernières années ont eu un impact important", assure Marc Coosemans, de l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers. 

Ces progressions sont dues aux soins de santé qui ont été améliorés dans plusieurs pays. Des progrès, donc, mais ils sont fragiles.

La meilleure façon de prévenir cette maladie, c'est d'utiliser des moustiquaires imprégnées d'insecticide. Un outil simple et bon marché, mais qui n'est pas encore utilisé partout. Et puis un autre problème est apparu : "Tout est basé sur une seule famille d'insecticide pour imprégner ces moustiquaires. On a de ce fait de plus en plus de problèmes de résistance", estime Marc Coosemans. "Il faudra donc trouver des mesures alternatives", prévient-il. La recherche tente donc de trouver d'autres insecticides qui vont pouvoir lutter contre les moustiques résistants, ou encore d'autres méthode de piégeage.

Ajoutons qu'il existe aujourd'hui un vaccin expérimental pour faire reculer la maladie, vaccin développé par le géant pharmaceutique GSK. Une étude vient de sortir pour mesurer son efficacité : le vaccin aurait réduit d'environ 30% le nombre de cas de paludisme chez les enfants. Des premiers tests apparemment donc encourageants.

Y.S avec Aline Wavreille

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK