Le Palais d'Egmont à Bruxelles : les célébrités qui l'ont fréquenté, les événements historiques qui s'y sont déroulés

Vue aérienne du Palais d'Egmont en 2008
15 images
Vue aérienne du Palais d'Egmont en 2008 - © HERWIG VERGULT - BELGA

Le Palais d’Egmont est un bâtiment dont le public entend parler ces jours-ci comme cadre de plusieurs événements d’actualité : c’est là que se déroulent les réunions du Conseil National de Sécurité, mais aussi les discussions entre représentants des partis qui vont former le prochain gouvernement.

Qui possède le Palais d’Egmont et à quoi sert-il ?

La Régie des Bâtiments gère ce palais, qui est mis à la disposition des Affaires étrangères et qui est utilisé pour recevoir des chefs d’Etats étrangers et d’autres invités de prestiges, et qui abrite des grandes réunions internationales. Il est situé au centre de Bruxelles, son entrée est au numéro 8 de la place du Petit Sablon, le bâtiment a été classé en 2002.

Actuellement quatorze des salles peuvent être louées pour des événements : réunions, conférences, réceptions. La capacité des salles varie (de 16 à 439 personnes), de même que l’équipement : micros, cabines de traduction, projecteurs, possibilité de catering et autres.

A quand remonte la construction du Palais d’Egmont ?

Il faut remonter au 16ème siècle pour trouver la trace du premier bâtiment situé sur le site occupé aujourd’hui par le Palais d’Egmont. C’est en 1532 qu’il fut construit : il s’appelait "Hôtel du Luxembourg", ou "Petit Hôtel d’Egmont". Ces appellations ont été données en référence à la famille de Jean d’Egmont et de la veuve de ce dernier, Françoise de Luxembourg. Ce premier bâtiment a été démoli en 1892. Le Palais d’Egmont actuel est situé à l’emplacement d’une construction qui datait de la fin du 15ème siècle. Léopold d’Arenberg acquiert ce bâtiment à la fin du 18ème siècle, puis commence à l’aménager. C’est de cette époque que date l’entrée et demi-cercle qui donne sur une cour d’honneur. Les bâtiments sont agrandis et rehaussés, dans un style classique. Des jardins sont aménagés. Par la suite, après 1800, la partie centrale du rez-de-chaussée est transformée en bibliothèque tandis qu’à l’étage la grande salle de bal devient la "Galerie des glaces", dans les tons blanc et or.

La Ville de Bruxelles achète le Palais d’Egmont en 1918. Faute de projet, il ne trouve aucune affectation, mais deux incendies (en 1927 et en 1959) détruisent le bâtiment. L’Etat belge fait son acquisition en 1964 dans le but d’en faire un site de prestige pour les Affaires étrangères. Il est restauré et redécoré au cours de travaux qui durent 7 ans.

Différentes salles ont été aménagées dans le Palais d’Egmont, dont la plus grande peut accueillir plus de 400 personnes et est équipée avec projecteurs, micros et cabines de traduction.

Lors de la reconstruction de 1906-1910, un grand escalier d’honneur est installé. C’est là que sont traditionnellement prises les photos officielles lorsque le ministre des Affaires étrangères reçoit un chef d’Etat étranger. C’est aussi là qu’est immortalisée l’image des participants aux journées diplomatiques qui réunissent les représentants de la Belgiques à l’étranger.

Pour construire cet escalier on s’est inspiré de "l’escalier des ambassadeurs" du Château de Versailles. Celui de Versailles n’existe plus, mais la somptueuse copie en marbre du Palais d’Egmont est toujours utilisée.

Le Palais d’Egmont en 1953

Quels personnages connus ont fréquenté le Palais d’Egmont et quels événements a-t-il abrités ?

Adhésion du Royaume-Uni à l’Europe

En janvier 1972, c’est au Palais d’Egmont qu’est signé le traité d’adhésion à l’Europe du Royaume-Uni, de l’Irlande, du Danemark et de la Norvège. Il s’agit du premier élargissement de ce qui s’appelle alors la Communauté économique européenne. A l’extérieur du bâtiment, quelques personnes manifestent contre l’adhésion britannique.

Signature du Pacte d’Egmont

En 1977, un accord visant à réformer l’Etat belge est signé au Palais d’Egmont. Cet accord, qui s’appellera le "Pacte d’Egmont, porte sur la fédéralisation et les problèmes linguistiques de la Belgique. Cet accord aurait notamment supprimé les structures provinciales tout en créant 26 sous-régions pour remplacer les provinces.

Le Pacte d’Egmont ne fut jamais appliqué, mais il eut d’autres conséquences : chute du gouvernement Tindemans, scission du Parti socialiste belge et réorganisation des partis nationalistes flamands.

Sommet européen en 1982

En 1982, un Sommet européen se déroule au Palais d’Egmont.

Visite de Nelson Mandela en 1993

En 1993, Nelson Mandela, alors leader de l’ANC, se rend en Belgique pour y être fait Docteur Honoris Causa de l’ULB. Il est reçu ensuite au Palais d’Egmont. L’année suivante il sera élu président de la République d’Afrique du Sud.

Présidence belge de l’Union européenne en 2001

Photo prise lors de la présidence belge de l’Union européenne en 2001.

Visite du colonel Kadhafi à Bruxelles en 2004

En avril 2004, le colonel Kadhafi est en visite en Belgique pendant deux jours. Le leader libyen est reçu par Romano Prodi, président de la Commission européenne, puis se rend au Plais d’Egmont, où il rencontre le Premier ministre belge Guy Verhofstadt et le ministre des Affaires étrangères Louis Michel. Il se rend ensuite à Val Duchesse, à Auderghem, où il a fait installer sa tente pour y passer la nuit.

Présidence belge de l'Union européenne en 2010

Réunion européenne sur le Covid-19 en 2020

En juin 2020, c'est dans la salle Europe du Palais d’Egmont que se tient une réunion au sujet de la fermeture des frontières dans le cadre de la crise du coronavirus.

Le Palais d'Egmont a servi de décor à certaines scènes de cinéma, comme par exemple dans le film de Dany Boon "Raid Dingue", sorti en 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK