Le nombre d'Erasmus n'a jamais été aussi élevé

Pratiquer une langue étrangère et étoffer son CV, ce sont les deux principales motivations.

Anna étudiante en architecture, a passé une année à Grenade, en Espagne : "C'est une belle expérience de vie, d'études et on peut apprendre beaucoup de choses. Ca nous ouvre un peu les yeux en dehors de la Belgique, comment cela fonctionne les études et puis la vie en dehors de l'université".

Louise, étudiante en langue germanique, a fait un Erasmus à Berlin : "Le programme proposé est déjà plus adapté entre guillemets parce que les cours d'allemand que l'on a ici ne sont pas donné par des professeurs germanophones donc ça c'est pour avoir un niveau d'études d'enseignement limite supérieur".

Il y a les belges qui vont à l'étranger, et les étudiants européens qui viennent passer quelques mois en Belgique. Pour Alina, italienne et ancienne étudiante en langue, Bruxelles était un choix par défaut, mais elle ne le regrette en rien : "Cela a changé totalement ma vie. Pour être honnête, il y avait Paris et beaucoup de monde voulait aller à Paris, et pas beaucoup de monde voulait venir à Bruxelles alors je l'ai choisi".

Après les études, avoir participé à Erasmus, est-ce que cela aide à trouver du travail ? Pour Julien, ça n'est qu'un petit atout : "Cela ne m'a pas aidé à trouver du travail mais c'est vrai que quand on met ça dans le CV, il a toujours une petite remarque en disant : 'Ah tiens vous avez fait un Erasmus!'. Donc voilà, c'est quelqu'un d'entreprenant, qui n'a pas peur d'aller dans un autre environnement de travail et de s'investir ailleurs dans une langue qui n'est pas la sienne".

Depuis sa création en 1987, plus de 3 millions de jeunes européens ont participé au programme Erasmus.

 

Avec J. Audouard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK