Le Nokia 3210 venait de sortir, on payait en francs... il y a 20 ans, une éclipse totale de soleil en Belgique (vidéos)

Le Nokia 3210 venait de sortir, on payait en francs... il y a 20 ans, une éclipse totale de soleil en Belgique (vidéos)
2 images
Le Nokia 3210 venait de sortir, on payait en francs... il y a 20 ans, une éclipse totale de soleil en Belgique (vidéos) - © BELGA - AFP - EPA PHOTO DPA - FRANK KLEEFELDT - BELGA PHOTO : GEERT VANDEN WIJNGAERT

C'était il y a 20 ans, au siècle dernier, dans une autre époque. Sans internet grand public, sans smartphone, sans réseaux sociaux. Le 11 août 1999, une partie de la planète, dont l'Europe, assistait à une éclipse totale de soleil. L'un des derniers événements marquants du 20e siècle, à quelques mois de l'An 2000 et de son "bug" tant redouté.

En août 1999, on payait encore en francs belges, le Nokia 3210 était à peine commercialisé et Guy Verhofstadt était Premier ministre depuis un mois. Le 11 août de cette année-là, tout le monde avait les yeux tournés vers le ciel. Ceux qui avaient choisi d'immortaliser l'événement l'avaient fait caméscope au poing ou avec un appareil photo. Dans le journal télévisé, on expliquait au téléspectateurs qu'il valait mieux miser sur une pellicule de "200 ASA qui est une sensibilité passe-partout". Autant de conseils qu'on aurait du mal à interpréter aujourd'hui. 

Les médias avaient martelé des semaines durant leurs conseils : ne surtout pas regarder le soleil à l'oeil nu. Tout le monde cherchait donc à se procurer une paire de lunettes équipées de filtres. En France, c'est l'Association française d'astronomie qui possède le plus gros stock : 15 millions de paires de lunettes vendues 25 centimes d'euros écoulées en quelques jours. Résultat : ceux qui veulent assister au spectacle se rabattent sur les magazines et journaux qui offrent une paire gratuite à l'achat d'un exemplaire.

Comme le rapporte une dépêche de l'Agence France-Presse datée du 31 juillet 1999, l'éclipse nourrit toutes les inquiétudes. L'Association française d'astronomie répond aux questions - parfois surprenantes - des plus inquiets. "Mon chien vient d'être opéré de la cataracte. Doit-il quand même porter des lunettes le jour de l'éclipse ?". Même souci pour les chats, les chevaux ou les vaches. "On va les enfermer pour pas qu'ils regardent l'éclipse", a raconté un agriculteur.

"La télévision intrigue également : beaucoup de téléspectateurs se sont inquiétés de savoir s'ils avaient besoin de lunettes spéciales pour regarder l'éclipse sur le petit écran", rapporte encore l'AFP.

Les Belges étaient invités à prendre la direction du sud du pays pour profiter au mieux du spectacle. On craignait alors des embouteillages monstre vers le province de Luxembourg où entre 100 et 300.000 personnes étaient attendues. La SNCB avait triplé son offre sur les lignes Bruxelles-Arlon et Bruxelles-Libramont-Virton.

"C'est l'occasion où jamais pour une journée de faire du covoiturage, d'être à quatre dans une voiture plutôt qu'un ou deux, insistait Isabelle Durant, ministre des Transports et de la Mobilité, cinq jours avant l'éclipse. C'est une façon aussi de découvrir la journée et l'éclipse de façon différente. Et c'est un appel à la responsabilité de chacun par rapport à notre responsabilité collective vis-à-vis du trafic de cette journée-là."

Le Jour J, la RTBF était en direct dès 11h du matin pour une émission spéciale présentée par Anne Goderniaux. Au menu : des reportages et des directs partout en Belgique et en France où une équipe de l'IRM s'est déplacée pour étudier le phénomène.

Problème, comme on avait pu l'apprendre quelques jours à l'avance via un service téléphonique payant (18 francs la minute) : la météo était couverte sur la Belgique en ce jour d'août. Il n'empêche, la nuit est bien tombée en plein jour, ça n'a échappé à personne.

Partout, on observe la réaction des humains et des animaux face à ce phénomène inédit. Dans le ciel, une centaine de passager privilégiés ne manquent rien du spectacle : ils ont pris place à bord d'un vol spécial du Concorde.

Pas d'apocalypse

Le soir du 11 août, le journal de 19h30 consacre 40 minutes à l'éclipse. Un peu plus tôt dans la journée, l'émission d'informations "Région Soir" parlait elle aussi presque uniquement de l'événement. Avec cette conclusion du présentateur Olivier Maroy en clôture d'un sujet sur l'éclipse et l'astrologie: "La fin du monde, ce n'était apparemment pas pour aujourd'hui".

Car le couturier Paco Rabanne, spécialiste en prédictions apocalyptiques et auteur du livre "1999, le feu du ciel", nous avait prédit la fin du monde... Selon lui, la station Mir devait retomber sur la terre, "provoquant notamment une catastrophe nucléaire n’épargnant ni [Paris] ni ses alentours, se souvenait l'Obs en 2015. La porte close de la boutique du grand couturier indiquait alors : 'Réouverture le 24 août'"

Pour revivre un événement de cette ampleur en Belgique, il faudra patienter jusqu'au 3 septembre 2081... Si vous n'avez pas envie d'attendre jusque-là, rendez-vous en Espagne le 12 août 2026 pour une nouvelle éclipse totale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK