Quand "Black Mirror" devient réalité, le mystère du "Like" géant apparu sur une place de Milan

Mais que se passe-t-il sur la place XXV Aprile de Milan, coeur de la vie mondaine de la capitale italienne de la mode ? Depuis quelques heures une "Like géant" digne de ceux rendus célèbres par Facebook a pris place à deux pas de la porte Garibaldi, cet "Arc de Triomphe" lombard.

Cattelan ou Zuckerberg ?

2 images
L'oeuvre "L.OV.E." de l'artiste Maurizio Cattelan, doigt d'honneur en marbre de Carrare installée Piazza Affari, en face de la Bourse de Milan. © GABRIEL BOUYS - AFP

Orné de l'inscription "L'importante nella vita è avere Like" (l'important dans la vie c'est d'avoir des Like), l'oeuvre n'est pas sans faire penser à l'irrévérencieux "L.O.V.E." de Maurizio Cattelan, doigt d'honneur en marbre de Carrare majestueusement dressé face à la Bourse depuis septembre 2010.

Mais n'est pas artiste contemporain qui veut. Le #LikeGigante, comme il a été baptisé sur Twitter et autres réseaux sociaux, suscite plus la curiosité que l'admiration. Qui se cache derrière ce coup de com, car l'essence artistique demeure assez minime ? Les rumeurs vont bon train. Certains n'hésitent pas à mettre en cause Mark Zuckerberg lui-même, soucieux de redorer l'image de son bébé malmené après l'affaire Cambridge Analytica.

L'ombre de Netflix

D'autres parlent d'un nouveau "set" pour la série télévisée qui cartonne sur Netflix, "Black Mirror" de Charlie Brooker. En janvier dernier, un événement en rapport avec l'anthologie télévisée avait d'ailleurs déjà suscité le buzz dans la cité italienne.

Articulée autour de ce qu'il adviendrait si "Black Mirror" s'évadait du petit écran pour envahir le monde réel, le temps d'un weekend, le "Black Futur Social Club" avait vu le jour. Un restaurant d'un nouveau genre où les plats et le temps octroyés aux clients étaient définis en fonction du nombre de followers. Seuls étaient admis les fans ayant plus de mille followers sur Instagram.

Après avoir reçu le premier plat, dûment photographié et publié, le second était servi en fonction du nombre des "coeurs" reçus sur la photo. Une provocation plus vraie que nature dont le but était de promouvoir le premier épisode de la nouvelle saison.

Et s'il s'agissait simplement d'un salon technologique

Les plus rationnels évoquent simplement une récupération du phénomène "Black Mirror" par le salon du Mobile de Milan qui se tiendra bientôt à Milan et désireux de se faire un nom dans l'ombre du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone. Le panneau interactif invitant le quidam à exprimer son consentement ou son assentiment avec un "like" ou un "dislike" apparaissant "cheap"pour être l'oeuvre de cadors comme Cattelan ou Netflix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK