Le mystère de l'origine des plantes à fleurs s'éclaircit peu à peu

Mais d'où viennent les plantes à fleurs au système reproductif sophistiqué et très efficace? L'étude génétique d'une étonnante plante cousine, qui ne pousse que dans certains déserts africains, a permis à des chercheurs français de lever un coin du voile.

"Nous avons dissipé une petite partie" du mystère de l'origine des plantes à fleurs, déclare le biologiste François Parcy, directeur de recherche CNRS à l'Université de Grenoble.

Les plantes à fleurs, ou angiospermes, sont apparues il y a 150 millions d'années. Elles ont été directement précédées par le groupe des gymnospermes, dont le mode de reproduction est plus rudimentaire et qui compte notamment les actuels conifères.

L'architecture des fleurs déjà présente chez les gymnospermes

Apparus il y a 300 millions d'années, les gymnospermes se reproduisent grâce à des cônes mâles d'un côté et des cônes femelles de l'autre (les pommes de pin, par exemple), le vent étant chargé de transporter le pollen.

Les plantes à fleurs ont beaucoup innové. La fleur contient les organes mâles (étamines) et/ou femelles (pistil), entourés par des pétales et des sépales. Et les ovules, au lieu d'être nus, sont protégés au sein du pistil. La pollinisation peut se faire par le vent, mais aussi via des insectes ou autres animaux pollinisateurs. Le rôle de la fleur est donc d'attirer le bon pollinisateur afin de garantir une dispersion du pollen, et donc une diversité génétique.

Pour comprendre cette évolution du cône vers la fleur, les scientifiques se sont intéressés à la génétique d'une plante gymnosperme, la Welwitschia mirabilis. Les auteurs de cette étude ont découvert chez cette plante des gènes similaires à ceux responsables de la formation des fleurs, qui plus est organisés selon la même hiérarchie. Les plantes à fleurs "n'ont pas eu à l'inventer". "Les pièces du mécano étaient déjà présentes et elles ont été utilisées pour créer la fleur", souligne François Parcy.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK