Le militant Bahar Kimyongür n'assistera pas à son procès en Turquie

Bahar Kimgonyür, qui a fait l'objet de multiples procédures et arrestations en Europe en raison de son implication dans l'organisation d'extrême-gauche Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), avait décidé de "passer à l'offensive", après plusieurs décisions judiciaires favorables ces dernières années. Il voulait comparaître librement en Turquie afin d'obtenir un acquittement.

Fin octobre, une cour d'Ankara a accepté sa requête, lui octroyant un sauf-conduit d'une durée de trois mois. Son procès doit se tenir ce vendredi. Mais "après mûre réflexion et consultation de (ses) soutiens", Bahar Kimyongür a renoncé à se rendre en Turquie.

Plusieurs événements récents lui donnent en effet à penser que "l’État policier" turc procédera à son arrestation. Il évoque notamment la peine à perpétuité requise contre la sociologue turque Pinar Selek, exilée en France, ou l'adoption d'un projet de loi qui "renforce l'emprise de l'exécutif sur le pouvoir judiciaire". "Le climat politique en Turquie ne me permet ni de parvenir sain et sauf à mon tribunal à Ankara, ni de me défendre face à un tribunal impartial", dit-il.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK