Le méthanol, un alcool à naviguer ? Le port d’Anvers tente l’essai

Un porte-conteneurs, un méthanier, un pétrolier… Plus de 100.000 bateaux sillonnent les mers du globe. Ils acheminent plus de 85% de nos marchandises.

Mais ce transport maritime pollue : ses émissions représentent 3% du CO2 émis sur le territoire de l’Union européenne, 138 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Il faut ajouter à cela des émissions d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre et de particules fines.

Un cocktail à effet de serre lié aux carburants brûlés par leurs moteurs : du fioul lourd ou autres diesels, énergies fossiles, non renouvelables.

Le secteur est en croissance, ses émissions de polluants aussi.

Comment naviguer plus propre ?

Naviguer à l’alcool méthylique ?

Pourquoi pas un moteur au méthanol ?

Il imposerait plus d’escales sur les trajets de longues distances mais n’exigerait que peu d’adaptations des moteurs. Il peut être fabriqué sans énergies fossiles. Il devrait polluer moins. Et il a déjà été testé sur la route. En Chine, des taxis, bus et camions roulent déjà au méthanol.

Le port d’Anvers tente l’expérience, baptisée "Fastwater" en partenariat notamment avec l’UGent et l’Université de Lund, en Suède, financée par des fonds européens Horizon 2020.

L’an prochain, après quelques recherches, l’un des remorqueurs du port d’Anvers devrait naviguer au méthanol.

Adapter le moteur, sécuriser le réservoir, former le personnel

Un vieux remorqueur du port servira de cobaye. Un remorqueur, ce sont les petits bateaux qui aident les mastodontes à manœuvrer dans les ports.

2 images
Pieter Vandermeeren travaille au port d’Anvers. Il montre l’un des remorqueurs qui pourraient servir de "cobaye" à une adaptation au méthanol. © RTBF

Son moteur sera adapté à la combustion du méthanol.

Un acte technique qui ne constituera pas la plus grande difficulté, explique Pieter Vandermeeren, de la cellule transition maritime du port d’Anvers.

"Le méthanol est un carburant qui s’enflamme facilement. Donc les gens qui travaillent sur nos bateaux doivent en être conscients. Nous allons devoir les former, pour qu’ils sachent ce qu’on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire à bord d’un tel bateau. Le réservoir de ce carburant sera aussi très différent de celui d’un réservoir au diesel. Donc ce processus, on doit le revoir tout à fait pour que ça se passe de façon sécurisée et fluide."

Cette expérience "rajeunira" un vieux bateau du port, se félicite Pieter Vandermeeren, et devrait donner des clefs pour éventuellement élargir l’expérience à plus large échelle. Tout en polluant moins.

Emettre mais aussi absorber du CO2

Un moteur au méthanol serait-il un moteur "propre" ?

Il émettra moins de dioxyde d’azote et bien moins de particules fines, explique Pieter Vandermeeren. En revanche, il continuera à émettre du CO2.

Mais en contrepartie, dit-il, on peut "capturer" du CO2 dans l’air pour fabriquer ce méthanol. En prélever à la sortie de cheminées d’usines et pour ensuite l’associer à de l’hydrogène produit avec d’électricité verte.

Cette "compensation" explique qu’on parle du méthanol comme d’un carburant "décarboné" même si sa combustion émet encore du CO2. Une première usine belge de ce méthanol "vert", qui pourrait servir à la navigation mais pas seulement, est en projet au port d'Anvers. Il ne manque pas de matière première, la zone portuaire étant l’un des grands émetteurs de CO2 du pays.

L’essayer c’est l’adopter ? Pas forcément

L’organisation "Transport et environnement" est sceptique. Cette coupole d’associations européennes de défense de l’environnement ne voit pas dans le méthanol une solution idéale.

Pour trois raisons surtout.

Produire le méthanol sans énergie fossile, sans gaz naturel, s’avère très gourmand en électricité. Ensuite, l’idée de produire ainsi, par "capture de CO2" impliquerait donc d’exploiter des émissions de dioxyde de carbone des usines au lieu de chercher à les éliminer. Et opter pour le méthanol serait privilégier un carburant qui continue à émettre du CO2, gaz à effet de serre.

"Transport et Environnement" préfère dès lors, pour les courtes distances, le développement de bateaux électriques. Et pour de plus longues distances, l’usage de l’hydrogène, malgré sa plus faible densité énergétique ou, si ce n’est pas possible, l’usage d’ammoniac, carburant de synthèse aussi mais sans émissions carbone.

Vers un "mix" dans les cales des bateaux ?

Au port d’Anvers, Pieter Vandermeeren ne ferme aucune de ces portes.

Ni celle du GNL, le gaz naturel liquide, un carburant bien plus "mature" aujourd’hui que ces carburants de synthèse : de plus en plus de navires y sont adaptés. Le gaz naturel à l’état liquide est performant au niveau des émissions mais reste une énergie fossile, non renouvelable.

Le futur, entrevoit-il sur le quai de l’atelier du port, sera fait probablement d’un "mix" de GNL, de nouveaux carburants de synthèse et d’électricité, selon les bateaux, leurs itinéraires et bien sûr les coûts.
Mais il y croit : ce ne sera certainement plus un avenir aux odeurs de pétrole ou dérivés, dont 5 à 6 millions de tonnes sont stockés chaque année au port d’Anvers, à destination des bateaux de passage.

 


Suivez toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK