Le mécanisme du virus Zika décrypté par des chercheurs de l'Université de Liège

C'est une découverte scientifique importante et elle est belge. Elle concerne le virus Zika. Vous souvenez-vous des images de nouveaux-nés à la tête difforme et très petite ? Des chercheurs de l'Université de Liège ont pu mettre en évidence le mécanisme d'infection du virus Zika sur le cerveau des foetus humains conduisant à la microcéphalie.

L’équipe du professeur Laurent Nguyen, docteur en neurosciences à l'université de Liège a travaillé en collaboration avec l'Institut Pasteur à Paris. Elle a combiné les analyses de fœtus humains infectés par le Zika avec ceux d'embryons de souris. Elle a pu observer une différence notable entre un cerveau d’embryon de souris infectée et d’une souris saine. La matière grise est notablement réduite.

En fait, le virus Zika pollue les cellules souches, les cellules-mères qui produisent les neurones. Résultat, elles génèrent beaucoup moins de neurones qui subissent un stress chronique et finissent eux-mêmes par mourir.

Aujourd'hui, 3.500 cas de microcéphalies graves sont recensées dans le monde. 15.000 enfants souffrent de syndrome congénital Zika. Le principal vecteur du virus est le moustique tigre. Pour s'en prémunir, il faut se protéger. Pour Koen Vanormelingen, expert senior Zica à l'Unicef, le plus simple est de porter des vêtements longs, dormir sous des moustiquaires et se badigeonner d’anti-moustiques lorsqu'on se rend dans les zones endémiques au Zika. Cet expert nous rappelle également qu’en évitant les piqûres de moustiques tigre, on se prémunit aussi contre la dengue et le chikungunya.

Quant au virus Zika, il est présent actuellement de façon endémique dans la plupart des zones tropicales. Mais sa forme est plus virulente en Amérique latine qu'en Asie du sud-Est ou en Afrique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK