Le masque peut-il provoquer des douleurs à la mâchoire ?

Dorcas Van Laer ressent des douleurs dans la mâchoire. Elle a mal quand elle mange, elle sent que ses muscles sont très tendus. “Je porte beaucoup le masque, raconte-t-elle, et ça me donne l’impression d’étouffer, alors j’ouvre la bouche pour respirer et je sens du coup une raideur.”

Elle a aussi des maux de tête. “C’est dû à un problème de maintien mais ça s’est clairement aggravé avec le port du masque. J’ai des tics aussi, je bouge ma mâchoire pour le remettre en place quand il s’abaisse.

Pour le moment, dans la littérature scientifique, il n’y a pas de données probantes.

Le port du masque peut-il réellement être à l’origine de ces douleurs ? “Pour le moment, dans la littérature scientifique, il n’y a pas de données probantes”, répond d’emblée Laurent Pitance, kinésithérapeute et professeur à l’UCLouvain, spécialisé en orofacial.

Une nette augmentation de sa patientèle

Et dans la pratique ? Anne Frippiat, kinésithérapeute spécialisée dans la mâchoire au CHU de Charleroi, dit avoir constaté une nette augmentation de sa patientèle depuis la pandémie.

Je sais que c’est la même chose chez d’autres kinés spécialisés en maxillo-facial, on est tous complets”, précise-t-elle.


►►►A lire aussi : De 10 cents à plus d'un euro le masque chirurgical : pourquoi de telles différences de prix dans le commerce et sur Internet ?


Pour elle, c’est clair, le port du masque peut engendrer des douleurs. Elle explique : “Souvent quand on porte le masque, on a du mal à respirer, et du coup au lieu de respirer par le nez, on respire par la bouche, c’est une respiration d’urgence. Du coup, on verrouille la mâchoire en ouverture, ça va contracter les muscles masticateurs, et ça finit par faire mal.” Cela peut aussi engendrer une contracture des muscles temporaux, et donc des douleurs aux tempes.

Par ailleurs, poursuit la kiné, quand la mâchoire dysfonctionne, on a tendance à déporter la tête trop en arrière ou trop en avant. Cela entraîne un dysfonctionnement des muscles cervicaux et, de là, des maux de tête. J’ai beaucoup de patients qui s’en plaignent.

Le masque n’est que la goutte d’eau qui fait déborder un problème qui ne demandait qu’à déborder.

Marc Renguet, kinésithérapeute “tête et cou”, qui travaille dans ce domaine depuis 30 ans, tient à nuancer. “Dans la majorité des cas, le masque n’est que la goutte d’eau qui fait déborder un problème qui ne demandait qu’à déborder.

Selon Marc Renguet, il y a toute une série de dysfonctionnements qui sont très courants. La grande majorité des gens serrent les dents sans s’en rendre compte, d’autres ont des tensions au niveau de la tête et de la mâchoire sans pour autant serrer les dents. Et enfin, beaucoup de personnes avancent leur mâchoire inférieure (mandibule), la propulsent (parce qu’elle a eu un souci de croissance). “Tout cela peut irriter le nerf trijumeau et provoquer des douleurs. Par ailleurs, on peut aussi avoir des problèmes au niveau des vertèbres cervicales qui induisent des douleurs à la tête”.


►►►A lire aussi : Des masques dans nos crèches, quelles conséquences sur les enfants ?


Tous ces problèmes sont en général déjà présents avant même que la douleur n’arrive. Le masque pourrait être un élément déclencheur de la douleur, la goutte qui fait déborder le vase. Soit parce qu’on respire avec la bouche ouverte, soit parce qu’on fait des mouvements de mâchoire anormaux, notamment pour maintenir le masque en place.

Le masque ou le stress ?

Cela dit, le stress peut aussi être un facteur déclencheur. Or, la pandémie a considérablement augmenté les niveaux de stress et d’anxiété de la population. Laurent Pitance, professeur à l’UCLouvain pencherait plus pour cette explication, “mais le masque n’aide pas”.

Il donne d’ailleurs quelques conseils. Choisir un masque adapté, ni trop serré ni trop lâche pour éviter de devoir le remonter sans arrêt via des mouvements de mâchoires, et bien le positionner, dès le départ, à l’aide de la barre métallique au niveau du nez. Être attentif, aussi, à bien respirer par le nez.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK