Le Liégeois Pierre Nisse, un des 22 Talents Cannes

RTBF
RTBF - © RTBF

Pendant deux jours, le Festival de Cannes a accueilli les 22 acteurs retenus pour les Talents Cannes. Parmi eux, le Belge Pierre Nisse.

L'opération organisée par l'Adami (une société française qui gère les droits de propriété intellectuelle des artistes-interprètes) a pour but de faire découvrir de nouveaux talents du cinéma.

Pour y participer, il fallait avoir maximum 30 ans et justifier une expérience préalable de 2 ans, explique Tina Charlon, directrice et productrice de Talents Cannes. Sur les 800 candidatures reçues, 22 seulement ont été retenues. Sept courts métrages, créés pour l'occasion et les mettant en scène, ont été projetés dans le Palais des Festival.

L'idée était ensuite de les faire tourner dans un court métrage d'une durée moyenne de sept minutes, avec un même postulat de départ pour tous : une pompe à essence et un cadeau de mariage oublié. Parallèlement, sept réalisateurs ont été sollicités pour participer au projet.

Pierre Nisse et Talents Cannes, le fruit du hasard

C'est fin de l'année dernière, via une amie comédienne que Pierre Nisse, 27 ans, entend parler de l'opération. Vivant entre Paris, Liège et Bruxelles, il décide d'envoyer à l'Adami un CV, une lettre de motivation et un DVD.

Quelques temps plus tard, il est recontacté par Pierre Stine, un réalisateur belge connu notamment pour ses documentaires "Rendez-vous En terre inconnue", pour passer un casting. Une rencontre qui se passe plutôt bien puisque le jeune acteur est retenu. "Je le sentais plutôt bien mais parfois, on le sent bien et on est jamais recontacté", confie Pierre Nisse.

Un tournage d'un jour

Le tournage a lieu sur Paris et ne peut se faire que sur une journée. Autant dire que l'exercice n'est pas facile du tout car pour ce genre de travail, il faut généralement compter entre trois et quatre jours, explique Tina Charlon.

Pour Pierre Nisse, c'est la course. Le soir même, il a une première d'un spectacle qu'il avait créé avec des amis et celui-ci se tient à Liège. Le tournage terminé, ils se mettent à quatre pour lui retirer son costume et l'habiller. S'ensuit une course folle en scooter dans les rues de Paris pour attraper le train qui doit le ramener vers la Belgique. "A cinq minutes près, je ratais mon train", dit-il. Une journée tellement mouvementée qu'il n'en dort pas de la nuit, se souvient-il encore.

La découverte de sa performance à Cannes

La projection dans le Palais des Festivals, lui permet de voir pour la première fois sa prestation. Un moment "très stressant", confie-t-il. Quant au résultat, il se dit "hyper content". Il trouve que le réalisateur, Pierre Stine, a vraiment réussi un très beau montage et qu'il est bien mis en valeur. Ce qui est important quand on veut décrocher de nouveaux rôles.

La soirée laisse place à la détente avec la montée des marches pour Pierre Nisse (avec derrière lui Naomie Watts, précise-t-il) et la projection d'un des films en compétition. Il fera ensuite la fête jusqu'au bout de la nuit.

Le lendemain, pas question de dormir. Pierre Nisse et ses autres compères doivent participer à la séance photos. Une séance qui l'impressionne beaucoup : "C'était un peu effrayant tous ces photographes qui mitraillent. On était derrière Juliette Binoche qui se faisait photographier de tous les côtés. Je trouve que c'est un métier dans le métier de réussir à sourire comme ça".

La rencontre avec professionnels
Après les photos, le moment le plus sérieux de ces deux jours : les interviews avec les professionnels, des réalisateurs et des producteurs, qui pourraient lui offrir une nouvelle carrière.

Au total, Pierre Nisse a pu donner une quinzaine de DVD démo en espérant qu'ils le visionneront. Pas de proposition concrète, ce n'est pas comme cela que cela se passe, explique-t-il, ici il s'agit d'une première rencontre dans le but d'espérer être recontacté.

Ses souvenirs et ses projets
Au final, Pierre Nisse se dit très heureux d'avoir pu participer à ces Talents Cannes. S'il avoue ne pas avoir été surpris par le déroulement des choses, il en retiendra une expérience unique avec ses strass et paillettes. "Un moment à vivre au moins une fois dans sa vie", dit-il.

Pour le reste, l'acteur belge ne manque pas de projets. Il vient de terminer un long métrage ("La maison du Lucchese") qu'il a tourné à Charleroi et en Corse sous la direction de Pierre Duculot (un réalisateur belge déjà primé pour deux courts métrages et qui signe ici son premier long).

De retour en Belgique, il doit tourner pour Cédric Bourgeois, un jeune réalisateur français qui habite Bruxelles. A la rentrée, il doit aussi tourner dans un court métrage. Ensuite, cela devrait être un peu plus calme, l'occasion de travailler sur une série télévisée qu'il écrit depuis deux-trois ans avec un ami réalisateur, raconte-t-il. Il voudrait en terminer le story-board pour pouvoir le vendre.

 

Céline Biourge

 

Tous nos articles sur notre page spéciale "Le blog des Belges à Cannes"

 

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK