Le Liberia accueille un procès pour crimes datant de la guerre civile

 Gibril Massaquoi
Gibril Massaquoi - © KALLE PARKKINEN - AFP

Des juges finlandais ont commencé à recueillir en un lieu tenu secret les dépositions de témoins dans un procès pour des crimes de guerre perpétrés par Gibril Massaquoi.

Depuis février, un tribunal finlandais juge Gibril Massaquoi en Finlande, où il vit depuis 2008 et où il a été arrêté en mars 2020 après la mobilisation d'ONG, en vertu de la législation conférant à la justice nationale la faculté de poursuivre des crimes graves commis à l'étranger.

Pour des raisons pratiques, comme la pandémie de Covid-19, la cour (mais pas Gibril Massaquoi) s'est déplacée au Liberia et va entendre pendant environ six semaines une cinquantaine de témoins à charge et à décharge dans une salle conditionnée de Monrovia dont la localisation est gardée confidentielle.

Surnommé à l'époque "l'Ange Gabriel", il est accusé d'une longue liste d'atrocités: meurtres, viols, actes de torture, recours à des enfants soldats et faits d'esclavagisme, caractérisant des "crimes de guerre aggravés" et "crimes contre l'humanité aggravés" perpétrés par lui-même ou ses soldats entre 1999 et 2003.

Il était alors un haut responsable du Front révolutionnaire uni (RUF), groupe armé sierra-léonais.

Gibril Massaquoi encourt la prison à perpétuité. Il a nié toute implication par la voix de ses avocats à l'ouverture de son procès le 3 février en Finlande. 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK